NOMKHITA NQWENI OU LE MÉRITE FÉMININ RECONNU

La cérémonie de remise de prix des « All Africa business leaders awards » (AABLA), s’est tenue le jeudi 29 novembre dernier à Johannesburg, et n’a primé, à sa huitième édition cette année, qu’une seule femme. Cette dernière, bien connue des milieux sud-africains de la finance et répondant au nom de Nomkhita Nqweni, a été élue « Businesswoman of the year » (meilleure femme d’affaires de l’année).

Lorsqu’en 1996, elle terminait ses études en biochimie à l’Université Rohdes de Grahamstown, dans le sud-est de l’Afrique, la jeune Nomkhita Nqweni était à mille lieues de penser qu’un jour, elle dirigerait un des plus grands groupes financiers du pays et que ses compétences lui vaudraient même à 43 ans, de recevoir sous les lambris du Sandton Convention Centre à Johannesburg, la distinction de la meilleure femme d’affaires de l’année.

En effet, le chemin menant à la réussite n’était tout tracé à cette native de Port Elisabeth. Une bonne dose de courage et assez de pragmatisme l’ont conduite de la biochimie aux finances. Une reconversion professionnelle qu’elle a spontanément acceptée d’opérer après avoir entendu parler des quatre fondatrices de Women Investment Portfolio Holdings Limited (Wiphold), une société d’investissement et d’exploitation, créée en 1994 et détenue et gérée par des femmes noires en Afrique du Sud. Nqweni n’a donc pas tardé avant de décrocher un diplôme de troisième cycle en gestion des investissements et de suivre un programme de développement du leadership au Gordon Institute of Business Science, basé dans son pays, en Afrique du Sud.

Concrètement, sa carrière professionnelle débute avec un stagiaire, en 1996, alors qu’elle n’a que 21 ans, à la division des fonds de retraite d’Alexander Forbes. Ce groupe de services financiers spécialisé, dont le siège social est situé à Sandton, en Afrique du Sud possède des intérêts commerciaux en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient.

Très vite, cette amazone qu’aucun défi n’ébranle, gravira les échelons. Elle occupe divers postes chez Alexander Forbes jusqu’à s’asseoir dans le respectable fauteuil de directrice générale d’une compagnie du groupe, les Financial Services Holdings, avant de rejoindre Absa en 2010 où elle se verra bientôt confier les responsabilités de Chief Executive Officer (CEO).

En tant que CEO d’Absa Wealth and Investment, Nomkhita Nqweni coordonne et conseille sur les solutions d’investissement, de gestion de patrimoine, de fiduciaire, de banque et de crédit pour les clients fortunés d’Absa et de Barclays sur le continent africain. Elle est membre du comité exécutif du groupe Absa, elle préside le conseil de la diversité et de l’inclusion pour Barclays Africa.

Membre du conseil d’administration des sociétés SA Mint, filiale de la South African Reserve Bank et de la SA Bank Notes, cette femme d’affaires accomplie entend transmettre à plusieurs de ces concitoyennes les valeurs ainsi que les possibilités de réussite qui l’ont aidée à se hisser au sommet. En 2006, Nomkhita Nqweni lance le programme de mentorat « Women in Focus », qui vise à soutenir la croissance du leadership des femmes dans le secteur financier. Elle est également membre du conseil d’administration du Ubuntu Education Fund, une initiative soutenue par la fondation Clinton, et qui aide les enfants orphelins et vulnérables des banlieues de Port Elizabeth, en Afrique du Sud.

Tous ces postes ainsi que celui qu’elle occupe actuellement au sein du conseil consultatif de la Banque mondiale pour l’inclusion financière en Afrique, viennent témoigner d’une vie productive, intelligemment dirigée et se tiennent comme une preuve palpable que la femme africaine peut devenir tout ce dont elle rêve, si, comme Nomkhita Nqweni, elle le désire vraiment et s’en donne les moyens.

Stéphane Baï

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook