NKWAME NYANTAKYI PLAIDE POUR LES RÉFUGIÉS DE CALAIS

À l’échelle mondiale, la migration illégale reste un phénomène qui continue de préoccuper l’humanité et les dirigeants du monde entier.

Il y a toujours eu une vague de réfugiés originaires d’Afrique qui tentent d’entrer en Europe, même au prix de leur vie. Beaucoup parmi eux ont été retenus ces dernières années dans la « jungle » de Calais, au nord de la France.

Kwame Nyantakyi Oti, un journaliste ghanéen primé qui étudie le journalisme de guerre et de conflit à l’Université de Swansea, est parti à vélo du Danemark à Swansea au Royaume-Uni afin de promouvoir une migration sûre pour les Africains.

Au cours de son voyage de 888,5 kilomètres, il a traversé l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et Calais en France.

 » Il est important que vous ne finissiez pas dans des endroits comme Calais. Si vous voulez immigrer, je ne dis pas que les gens ne devraient pas immigrer, parce que l’immigration est aussi vieille que le monde. Il est important de passer par les voies normales « , a-t-il déclaré.

Au camp de réfugiés de Calais, il a touché du doigt des conditions des réfugiés essayant d’entrer en Europe. Oti a dit que le monde a oublié les réfugiés de Calais après que l’on ait annoncé la fermeture du camp en 2016.

« Il y a environ 200 personnes qui vivent dans ce qui faisait office de jungle de Calais. Il s’agit carrément d’une jungle parce qu’ils vivent dans la forêt jour et nuit. Et il n’y a pas de tentes, ils vivent dans des conditions déplorables. Leur survie dépend grandement de la gentillesse de certains responsables de la Croix-Rouge que j’ai pu voir lorsque je me suis rendu à Calais.

« Et ce voyage m’a montré que nous devons parler de Calais. Pour beaucoup de personnes, Calais n’existe pas, mais en réalité c’est le cas. Il y a des gens là-bas qui ont besoin de notre aide, indépendamment de la voie par laquelle ils sont entrés en Europe.

« Je pense que c’est proprement porter une tâche noire sur la conscience sans jamais tâcher de la nettoyer, que de laisser des gens vivre dans les conditions de Calais. Nous devons faire quelque chose », a-t-il dit.

Oti a fait son périple de 19 jours avec deux autres amis; Sophia Jessen et Stefan Weichart.

Oti a avoué que le voyage n’était pas une chose aisée car ils ont dû endurer les intempéries, le froid et la tempête; mais Oti était motivé par sa mission de promouvoir une migration sûre pour les Africains.

Le journaliste ghanéen primé a environ 10 ans d’expérience acquise à la faveur des séjours dans plusieurs pays du continent africain.

En 2016, Oti a quitté le Ghana pour poursuivre ses études en Europe. Son travail se concentre sur le développement, la politique et le tourisme.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook