• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Nigeria : La police libère un nouveau groupe d’élèves « séquestrés et torturés » dans un pensionnat islamique

Nigeria : La police libère un nouveau groupe d’élèves « séquestrés et torturés » dans un pensionnat islamique

La police du nord du Nigeria a libéré 67 personnes retrouvées enchaînées dans un pensionnat islamique, ont indiqué lundi des responsables des forces de sécurité. Les élèves, âgés de sept à 40 ans, ont déclaré à la police qu’ils avaient été torturés et maltraités. Le mois dernier, plus de 300 étudiants de sexe masculin ont été libérés d’un internat similaire dans l’état voisin de Kaduna.

Les internats islamiques, connus sous le nom d’Almajiris, sont répandus dans le nord du Nigéria, à majorité musulmane. Dans un communiqué publié le 14 octobre, la police a déclaré que les garçons et les hommes étaient enchaînés et soumis à des « traitements inhumains et dégradants ».

Certains ont été abusés sexuellement. « Battre, abuser et punir, c’est ce qu’ils nous ont toujours fait ici. Ils racontent une histoire de couverture et disent qu’ils nous enseignaient. Ils ne nous enseignent pas pour l’amour de Dieu », a déclaré l’étudiant Lawal Ahmed à l’agence de presse Reuters.

Deux enseignants et le propriétaire de l’école, située à Daura, lieu de naissance du président Muhammadu Buhari, ont été arrêtés. Plus de 300 élèves ont été inscrits, mais la plupart d’entre eux s’étaient échappés avant l’arrivée de la police.

Les captifs étaient en émeute et beaucoup étaient sortis avec leurs chaînes encore au pied, a déclaré un porte-parole de la police de Katsina. L’école a fonctionné pendant des décennies comme un lieu d’instruction coranique et a travaillé avec des élèves considérés comme ayant des problèmes de comportement.

De nombreux cas d’abus ont été signalés dans des internats islamiques dans le nord du Nigéria, des étudiants étant parfois forcés de passer leurs journées à mendier dans les rues. Le manque d’installations de réadaptation dans certaines régions du pays oblige certains parents à inscrire leurs enfants indisciplinés dans des écoles islamiques informelles – qui sont également censées être des établissements pénitentiaires – où ils sont victimes d’abus, a déclaré notre correspondant.

Le président Buhari a déjà condamné les informations faisant état d’abus dans des institutions similaires. En septembre, lorsque les étudiants ont été libérés de l’école de Kaduna, il a exhorté les chefs religieux et traditionnels à travailler avec les autorités pour « dénoncer et mettre un terme à tous les types de violence largement connues, mais ignorées pendant de nombreuses années par nos communautés ».

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook