NIGERIA : MUHAMMADU BUHARI RÉÉLU À LA TÊTE DU PAYS

Le président nigérian Muhammadu Buhari a été réélu pour un second mandat de quatre ans avec 56 % des voix, a annoncé la commission électorale.

Agé de 76 ans, il a battu son principal rival, l’ancien vice-président Atiku Abubakar, avec une marge de près de quatre millions de voix. Le Parti démocratique populaire (PDP) de M. Abubakar a rejeté le résultat. Le taux de participation était de 35,6%.

Les retards et la violence ont entaché les élections de samedi, mais aucun observateur indépendant n’a cité de fraude électorale.

Le congrès All Progressives de M. Buhari (APC) a remporté la victoire dans 19 des 36 États tandis que le PDP avait remporté la victoire dans 17 États et dans la capitale, Abuja, selon la commission électorale (Inec).

« La nouvelle administration intensifiera ses efforts en matière de sécurité, de restructuration de l’économie et de lutte contre la corruption », a déclaré Buhari après l’annonce officielle de sa victoire.

Au total, l’APC a recueilli 15,2 millions de voix, tandis que le PDP en a reçu 11,3 millions. Le président sortant a balayé le nord, tandis que M. Aububakar a fait mieux dans le sud et l’est. Certains partisans de M. Buhari sont descendus dans les rues mardi soir pour célébrer.

Qui est Buhari ?

Ancien soldat, Muhammadu  Buhari a dirigé pendant 20 mois un régime militaire dans les années 1980. Il a été élu pour la première fois président en 2015, devenant ainsi le premier candidat de l’opposition à vaincre un président sortant et à remporter la présidence.

Son bilan au bureau est mixte. Les critiques de Buhari disent que les attributs mêmes qui ont conquis les électeurs il y a quatre ans – sa rigueur et son inflexibilité – ont émergé en tant que passifs. Ils l’accusent de penchants autocratiques ainsi que d’une tendance désastreuse à l’inaction.

Les partisans de M. Buhari peuvent affirmer qu’il a largement tenu ses promesses de campagne, telles que la lutte contre la corruption et la répression de Boko Haram. Mais ils peuvent avoir du mal à mettre en avant des réalisations concrètes dans d’autres domaines, tels que la réparation de l’économie.

Des défis difficiles à venir

L’ampleur et la profondeur de la corruption sont si importantes, elles touchent tellement d’aspects de la vie publique que pour s’attaquer sérieusement au problème, il faudrait un effort, une énergie et une application qui faisaient défaut lors du premier mandat du président Buhari.

Le deuxième problème auquel il est confronté dans la lutte contre la corruption est le soutien politique nécessaire. Le soutien de l’opinion publique est incontestable, mais le parti du chef d’État nigérian est compromis par des hauts responsables soupçonnés de s’enrichir par le biais d’une corruption. La crainte est que, dans l’ensemble, les pillards continueront à peu près comme d’habitude.

Sur le plan économique, il faut mettre un terme beaucoup plus rapide à la dépendance vis-à-vis des revenus pétroliers. La Banque mondiale a prédit une croissance économique atone : 2,2% pour l’année à venir dans un pays avec un taux de chômage supérieur à 20% et près de la moitié de la population vivant dans une pauvreté extrême.

Le président Buhari est également confronté à toute une série de menaces sécuritaires résultant d’affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans la Ceinture du Milieu, de l’instabilité persistante dans le delta du Niger et – ce qui est le plus inquiétant – de la menace ravivée des extrémistes islamistes dans le nord du pays.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook