NIGÉRIA : UN ATTENTAT-SUICIDE FAIT 8 MORTS À MAIDUGURI

 

Un nouvel attentat-suicide a touché la ville de Maiduguri dans l’Etat de Borno dans le nord-est du pays, ce lundi 17 juillet. Une kamikaze s’est fait exploser ce matin dans une mosquée. Cette région du pays fait régulièrement l’objet d’attaques terroristes commanditées par le groupe djihadiste Boko Haram.

En effet, huit personnes ont été tuées lors de l’explosion, 15 autres ont été blessées. Un énième cas d’attentat-suicide, commis par une femme dans une mosquée de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigéria. Le drame s’est produit dans le quartier London Ciki juste après la prière du matin, vers 5h30 (6h30, heure française), a ainsi déclaré à l’AFP, Ahmed Satomi, un responsable de l’agence locale de gestion des urgences.
Selon lui, la kamikaze était poursuivie par des habitants du quartier, qui la suspectait de vouloir commettre un attentat : « Quand elle s’est approchée de la mosquée, ils ont exigé qu’elle s’arrête pour être fouillée, mais elle s’est subitement engouffrée dans la mosquée et a déclenché ses explosifs. »

Un mode opératoire signé Boko Haram

Cette attaque est en effet, du mode opératoire du groupe djihadiste Boko Haram. Toujours selon M. Satomi, deux autres incidents ont été recensés à peu près au même moment en périphérie de Maiduguri. Deux femmes kamikazes ont été tuées alors qu’elles essayaient de franchir les fosses qui avaient été creusées pour empêcher l’intrusion de Boko Haram dans la localité de Mammanti. « Elles ont été aperçues par des soldats et des miliciens qui surveillaient la zone. Ils ont tiré sur une, qui a explosé. L’explosion a déclenché la bombe de l’autre kamikaze ». Dans la banlieue de Simari, une autre femme s’est fait exploser accidentellement en tentant d’escalader un talus de sable. « Elle est morte sans faire d’autres victimes », a précisé M. Satomi.

Il y a une semaine, 19 personnes avaient déjà été tuées et 23 autres blessées dans un quadruple attentat-suicide dans la capitale de l’Etat de Borno, véritable aire de jeu des terroristes. Les attentats-suicides sont devenus le principal mode opératoire de Boko Haram après près de 8 ans d’insurrection contre le pouvoir nigérian. Depuis on en dénombre un peu plus de 20 000 morts pour environ 3 millions de déplacés.

Le pouvoir nigérian impuissant?

De quoi faire cogiter le pouvoir central nigérian, qui semble éprouver toutes les peines du monde pour faire cesser les agissements de Boko Haram en terres nigérianes. En mai dernier, 82 lycéennes de Chibok étaient libérées par le groupe terroriste Boko Haram suite aux négociations du  pouvoir nigérian, en échange de soldats et commandants dudit mouvement. Cette transaction, quelque peu absurde, avait déjà susciter bon nombre de réactions, notamment sur le fait de rendre à Boko Haram ses soldats, et de négocier de cette manière. Aujourd’hui, les fantômes de Boko Haram, notamment dans le région de Maiduguri, refusent de mourir, et hantent les populations de cette localité, qui vivent constamment dans la peur et l’insécurité.

Alors que faire ? Face au défi du terrorisme qui devient monnaie-courante en Afrique subsaharienne, il est plus qu’urgent que les gouvernements trouvent d’autres moyens, plus crédibles, autres que des négociations et des échanges insensés, pour mettre hors d’état de nuire, les djihadistes et autres groupements terroristes qui sévissent en Afrique.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Etudiant Journaliste, Blogueur. Passionné de lecture et de sport (Football, Judo, Boxe). Gabonais, j'ai une Licence en Lettres Modernes Option Littérature, civilisation et culture française et francophone.

  • facebook
  • twitter
  • youtube
  • instagram

Suivez-nous sur Facebook