NBA: LES WOLVES GAGNENT UTAH AVEC UN INCROYABLE D-ROSE

Derrick Rose (30 ans) a remonté le temps et réussi un match hors-norme, mercredi face au Jazz : 50 points, dont 34 en deuxième mi-temps, le tir puis le contre de la victoire (128-125).

En 2012, Derrick Rose, devenu un an plus tôt le plus jeune MVP de l’histoire (22 ans), s’écroulait sur le parquet de Chicago lors du premier match des play-offs. Le ligament croisé antérieur de son genou gauche venait de lâcher. En cinq ans, le meneur au jeu si spectaculaire enchaînera les blessures et devra subir quatre opérations aux deux genoux, le privant de son niveau et de son statut. Transféré à New York en 2016, il avait ensuite signé au minimum à Cleveland, avant d’être coupé par le Jazz, puis attiré dans le Minnesota par son ancien coach, Tom Thibodeau, afin d’y tenir un rôle de remplaçant.

Mercredi soir, c’est à ce long chemin de croix que «D-Rose» a pensé, au terme d’une soirée mémorable où il a signé son record de points (50) et arraché la victoire face au Jazz (128-125), grâce à un panier inscrit à 30 secondes du buzzer, suivi de deux lancers-francs et du contre décisif. «J’ai bossé comme un fou, a déclaré l’ancienne superstar, la gorge nouée, incapable de retenir ses larmes. J’ai fait ça pour la franchise, pour les fans, pour gagner. C’est une victoire incroyable.» «Il a du courage, de l’humilité et du caractère, a ensuite loué Thibodeau. Il est passé par des moments difficiles. Psychologiquement, il est sans doute l’une des personnes les plus fortes que je connaisse.»

Sans Jimmy Butler, revenu dans les rumeurs de transfert et laissé au repos, les Wolves ont été portés comme jamais par Rose (6 passes et 2 interceptions par ailleurs), qui a placé les siens en tête dans le deuxième quart-temps, avant de réussir un extraordinaire festival au retour des vestiaires, avec 34 points inscrits dans la seule seconde période. Enchaînant les lay-ups contestés et en déséquilibre, comme à sa plus grande époque, c’est sur un trois points égalisateur (119-119) qu’il a battu son ancien record (42 unités en 2011), avant d’enfoncer le clou dans le money time. Dans la dernière minute, il a ajouté six points, avant de contrer l’ultime tentative du Jazz de Dante Exum.

«Les mots ne suffisent pas à décrire ce que je ressens», sourira-t-il encore en conférence de presse, encore sonné par la soirée qu’il venait de vivre, la joie de ses équipiers et la réaction des supporters des Wolves, qui ont accompagné sa sortie en chantant «MVP», comme le faisait le public de sa ville natale, Chicago, il y a huit ans. D’une manière générale, c’est la NBA toute entière qui s’est réjouie de la performance en forme de rédemption de ce joueur à part. «Tous les fans de basket doivent se réjouir pour Rose, a ainsi déclaré Dwyane Wade. Ce soir est la preuve qu’il ne faut jamais abandonner : des choses extraordinaires peuvent arriver. Je suis heureux comme si c’était moi qui avais marqué 50 points. » Et Evan Turner d’ajouter : «Les légendes ne meurent jamais.»

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook