• Accueil
  • >
  • ÉVÈNEMENT
  • >
  • NATHALIE MILTAT : DONNER À L’ART AFRICAIN CONTEMPORAIN SA VRAIE VALEUR

NATHALIE MILTAT : DONNER À L’ART AFRICAIN CONTEMPORAIN SA VRAIE VALEUR

À la fois galerie d’art, lieu de rencontre, de performance, de contemplation et de dialogue, « APPARTEMENT » dans le 10e arrondissement de paris est un véritable paradis artistique crée par la Franco-Béninoise Nathalie Miltat qui révèle toute la passion qu’elle a pour l’art africain contemporain. La fondatrice du prix Orisha à travers ses œuvres a un seul leitmotiv : valoriser la vision des artistes subsahariens.

Après des études à l’Ecole du Louvre et à la Sorbonne où elle se spécialise en arts subsahariens, elle ouvre Galerie Noire en 2005. Près de dix ans plus tard, elle lance le Prix Orisha avant grand succès pour sa première édition en 2014, récompensant les artistes émergents de la scène contemporaine subsaharienne issus du continent ou de la diaspora. « Il y a de nombreux prix, mais je souhaitais en dédier un exclusivement à l’art contemporain subsaharien et ses diasporas ». Parce qu’il y a « des réalités communes à cet espace géographique ».

L’infatigable promotrice de la culture africaine vient de créer l’association Orafrica dont elle soutient financièrement les actions dans le but d’élargir sa promotion culturelle, une association axée sur la mise en place des initiatives économiques et culturelles, ainsi que des journées de réflexion.

« Le Prix est structuré autour d’une ligne éditoriale, d’un règlement et de deux organes indépendants pour la sélection des artistes. L’attribution du Prix 2017 s’ouvre à l’international en incluant un jury de commissaires internationaux et un comité de sélection composé d’acteurs de la mode, de l’architecture, du design ou de blogueurs culturels, à l’instar de Virginie Ehonian etc. », explique-t-elle.

Dans le but de donner un maximum de chance à tous, elle annonce les couleurs pour la prochaine édition du prix Orisha qui se tiendra le 03 octobre prochain : « Je souhaite que l’exposition soit ouverte à tous, que viennent aussi ceux qui ne sont pas dans le secteur de l’art. J’ouvre les champs culturellement mais aussi géographiquement en invitant des acteurs internationaux évoluant dans d’autres sphères que l’art ». Et pour la réussite d’un tel évènement, Nathalie Miltat ne lésine pas sur les moyens « Il y a une charge financière et une charge de travail, mais cela en vaut la peine. Je veux valoriser la vision des artistes africains-subsahariens ». Sans doute que son engagement saura inspirer plus d’un pour le plus grand bien de l’art Africain.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook