• Accueil
  • >
  • MUSIQUE
  • >
  • [MUSIQUE] AZELIA BANKS : « MARRE DE CONSULTER DES VIEUX BLANCS AU SUJET DE MES TALENTS DE JEUNE FILLE NOIRE »

[MUSIQUE] AZELIA BANKS : « MARRE DE CONSULTER DES VIEUX BLANCS AU SUJET DE MES TALENTS DE JEUNE FILLE NOIRE »

On aura tout vu : le 26 janvier, Azealia Banks tweete une série de messages tendance dépressifs dans lesquels elle regrette de ne pas avoir signé avec Sony, supplie son label Universal de la lâcher et demande à XL de la signer.

I REALLY should have signed with Sony.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(J’aurais VRAIMENT dû signer avec Sony)

Can someone at Sony buy me off of Universal please?? i’m really in hell here.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Quelqu’un de Sony peut-il me racheter à Universal s’il-vous-plaît?? Je vis vraiment un enfer ici)

Please Help : Serious Inquiry.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Aidez-moi s’il-vous-plaît : C’est une demande sérieuse)

I would literally give anything to be on XL right now.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Je donnerais littéralement n’importe quoi pour être chez XL en ce moment)

I’m tired of having to consult a group of old white guys about my black girl craft. they don’t even know what they’re listening for or to.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Je suis fatiguée de devoir consulter un groupe de vieux mecs blancs au sujet de mes talents de jeune fille noire. Ils ne savent même pas ce qu’ils écoutent)

I’m literally begging to be dropped from Universal.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Je suis littéralement en train de supplier Universal de me lâcher)

Universal needs to just hand me over to another label who knows what to do with me.

— AZEALIA BANKS (@AZEALIABANKS) 26 Janvier 2014

(Universal doit juste me donner à un autre label qui saurait quoi faire avec moi)

Versatile

Pourtant, en 2012, la rappeuse était loin de chanter les louanges de XL Recordings. Elle avait ainsi confié au magazine Self-Titled :

“Dès que j’ai sorti des morceaux, j’ai attiré l’attention. Diplo n’arrêtait pas de parler de moi, et c’est à ce moment-là que XL est venu me trouver. Ils m’ont envoyée à Londres avec pour idée de me faire travailler avec Richard Russell [le fondateur du label – ndlr] et j’ai été signée sur ce projet. Richard était cool mais dès que j’ai refusé d’utiliser ses beats, il est devenu vraiment amer. Il s’énervait et me traitait d’”amateur”, et les stagiaires de XL commençaient à dire de la merde sur moi. C’est devenu vraiment très drôle. Je me disais ‘je ne suis pas venue ici pour un date. Je suis venue pour faire des putains de disques’ J’ai été dégoûtée de l’industrie de la musique et j’ai disparu pendant un moment. J’ai fait une petite dépression.”

Au même moment, elle tenait le même discours à la BBC : “Je me suis dit que ce n’était pas ce pour quoi j’avais travaillé si dur toute ma vie- être rejetée par une espèce d’Anglais dans un quartier inconnu de Londres West Bumnlefrickin, qui me traite d’amateur et de trucs du genre. Donc je leur ai dit d’aller se faire foutre!”

Un album-licorne 

Le premier album d’Azealia Banks est en passe de devenir un mythe au même titre que la licorne ou la sirène (pardon à tous ceux qui pensent que les licornes et les sirènes ont existé). Initialement prévue pour l’automne 2013, la sortie a été repoussée à janvier puis mars 2014. Aux fans qui commencent à s’impatienter, la rappeuse assure qu’elle n’a cessé, depuis deux ans, de travailler sur ses morceaux. Pour faire patienter tout ce petit monde, Banks multiplie les clashes sur Twitter (avec, entre autres, Angel Haze et Disclosure) et sort régulièrement des clips et des singles. Dernier en date : le remix de Partition de Beyoncé, avec l’aide de Busta Rhymes, qui n’est pas resté longtemps sur Internet : Banks n’ayant pas les droits du morceau, elle a du rapidement retirer son remix.

L’histoire rappelle bien sûr celle d’Angel Haze qui, mi-décembre, a perdu patience face à ses labels Republic Records et Island Records, décidant de leaker elle-même son premier album, Dirty Gold, sur Internet. Prestement retiré, l’album sortira en France en mars.

Source: Lesinrocks.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook