MUMIA ABU-JAMAL FÊTE SES 63 ANS

Mumia Abu-Jamal est né le 24 avril 1954. Né Wesley Cook, Mumia choisira ce prénom swahili au lycée, sous l’influence d’un enseignant d’origine kenyane. Il y ajoutera “Abu-Jamal” à la naissance de son premier fils, Jamal. À 14 ans, Mumia est arrêté et battu pour avoir protesté contre un meeting du candidat réputé pour son racisme, George Wallace, à Philadelphie. Peu après, il est fiché par le FBI pour avoir voulu rebaptiser son lycée “Malcolm X”.

En 1969, le jeune homme est chargé de l’information à la section de Philadelphie du Black Panther Party. Le FBI estime alors qu’il fait partie des personnes “à surveiller et interner en cas d’alerte nationale”.

Devenu journaliste de radio engagé et populaire, lauréat de plusieurs prix, Mumia est surnommé “la voix des sans-voix” pour sa critique de la corruption de la police et des dirigeants politiques locaux. Depuis 1978, il dénonce la violente répression qui frappe la communauté MOVE (mouvement aux États-Unis qui défend la « cause noire ») et, en 1981 s’ensuit le procès de son fondateur, John Africa, qui sera acquitté des charges fabriquées contre lui. Le soutien de Mumia à MOVE insupporte les politiques et la police de Philadelphie et lui vaut le renvoi d’une des stations de radio où il exerce. Pour subvenir aux besoins de sa famille et aux siens, Mumia est contraint de travailler comme taxi de nuit.

Le 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal est gravement blessé lors d’une fusillade dans le quartier sud de la ville, où il vient de déposer un client. Arrêté, il est accusé du meurtre d’un policier, Daniel Faulkner, tué dans cette fusillade. Malgré ses désaveux, son absence d’antécédents judiciaires, une enquête inéquitable (expertises balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de relevé d’empreintes, zone des faits non sécurisée, tests non effectués, etc.) conclut à la culpabilité de Mumia. Témoins menacés, subornés, écartés, rapports de police contradictoires, violations de ses droits, mèneront, en juillet 1982, à la condamnation à mort de cet opposant politique gênant sous la pression d’un juge qui détient un record inégalé en termes de condamnations…

En juin 1999, un ancien tueur à gages, Arnold Beverly, révèle à l’une des avocates de Mumia avoir abattu l’officier Faulkner dans le cadre d’un contrat mêlant police et mafia. Corroborés par un assemblage d’éléments et de témoignages concordants, les aveux de Beverly n’ont jamais été entendus par la justice au prétexte qu’ils sont “hors des délais de la procédure”.

La mobilisation internationale a empêché par deux fois son exécution, en 1995 et 1999. Le 18 décembre 2001, la sentence de mort de Mumia a été provisoirement écartée. En mai 2007, une Cour d’Appel Fédérale de Pennsylvanie a accepté d’examiner les requêtes de sa défense portant sur le non-respect de ses droits constitutionnels et les discriminations raciales qui ont entraîné sa condamnation à mort. En mars 2008, une Cour d’Appel Fédérale américaine avait annulé la sentence de mort mais la Cour Suprême des États-Unis a invalidé ce jugement le 19 janvier 2010. En décembre 2011, le procureur de Philadelphie a définitivement transformé la peine de mort du prisonnier en peine de prison à vie. En mars 2012, la Cour d’Appel Fédérale de Pennsylvanie a rejeté son dernier appel.

Aujourd’hui, les conditions d’emprisonnement de Mumia Abu-Jamal ont changé. Il n’est plus enfermé dans une petite cellule et dans un isolement sensoriel inhumain. Il est dans une prison de sécurité inférieure et peut avoir des contacts physiques avec les personnes qui lui rendent visite. Pour son anniversaire, des manifestations de soutien sont souvent organisés un peu partout dans le monde notamment en France.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

1 Commentaire

  1. J’espère vraiment que le monde , les gens changeront. Tu es encore comme toujours l’une des preuves vivantes que ce monde est mauvais pouvant faire preuve de cruauté,de déshumanisation. Courage garde ta foie en Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook