• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Un mois après la polémique négrophobe de H&M, allociné et Sens Critique récidivent

Un mois après la polémique négrophobe de H&M, allociné et Sens Critique récidivent

Ces dernières semaines s’est déroulée la promotion du film Black Panthers. Historique, ce nouveau Marvel se trouve être au coeur de l’actualité, car, en plus d’être un film rendant hommage au mouvement de protestation des années 70 du même nom, il est le premier Marvel au casting composé à 90% d’acteurs noirs. 

Révolutionnaire, ce film a reçu son lot de critiques élogieuses de la part des médias.

En effet, Eric Davis, rédacteur en chef de Fandago, site américain spécialisé dans le cinéma à déclaré à son sujet :

 « Ce n’est pas juste un film de super-héros, c’est un événement culturel révolutionnaire. C’est la première grande manifestation cinématographique de 2018 et les critiques extatiques alimentent encore plus l’attente. Nous constatons également un vif intérêt de la part de plus grands groupes d’acheteurs de billets voulant célébrer cette sortie historique du week-end prochain. »

Selon le magazine Variety : 

« Au-delà de sa signification historique, ce que les fans de super-héros veulent savoir, c’est ce que vaut Black Panther comparé aux autres films Marvel. Pour faire simple, non seulement, il tient son rang, mais il améliore la formule à plusieurs niveaux du méchant politiquement engagé au final ancré sur l’émotion. » 

Enfin, selon CinemaTeaser : 

« Jamais un comic book movie n’aura été aussi positif et important. (…) Ryan Coogler, porté par le motif social récurrent de son cinéma, réinvente le blockbuster cérébral, politique, sentimental et pas vraiment cool. Il fait un cinéma de la compassion débarrassé du super-héros providence au profit de la combativité et de l’effort collectifs. »

Malgré son lot d’éloges, il n’a pas fallu longtemps pour LA polémique négrophobe a son sujet éclate. 

En effet, à la grande stupeur de bon nombres d’internautes qui recherchaient des informations sur le film, depuis hier soir, le site Allociné, site de référence sur le cinéma, premier résultat Google à renommé le film «La Planète des singes supprémacie» et sur le site de Sens Critique on le trouve possédant comme sous-titre «Les Dix petits Nègres» 

Ainsi, un mois après la polémique négrophobe de H&M, c’est avec effroi que la communauté noire se voit encore comparée à des singes et à des nègres

La polémique, qui a pris une certaine ampleur sur les réseaux sociaux à été commenté par la page Facebook du Grand Rex qui gère l’avant-première : 

Suite aux nombreux messages reçus, voici ce que nous pouvons dire, car pour le moment nous manquons d’informations pour en dire plus… Un problème qui touche tous les cinémas de France sur internet. Nous nous permettons de reprendre le propos d’AlloCiné sur Twitter :
« Un problème nous a été remonté par de nombreux internautes sur la reprise erronée de liens Allociné par Google, totalement indépendante de notre volonté. Ces problèmes concernent notamment le film Black Panther.»
Sachez que nous condamnons clairement ce genre de propos. Que nous n’approuvons absolument pas ce genre de propos. Et que nous espérons que le problème sera rapidement réglé et que nous pourrons mettre au clair ce qu’il s’est passé ce jour.

 De son côté, Allociné évoque un bug « complètement indépendant » de sa volonté. « Nos équipes travaillent en ce moment afin de ne plus faire reprendre ces contenus par Google », affirme même la société française.

Hack ou pas Hack de la part du site, ces attaques négrophobes sont complètement intolérables et totalement normalisées. Il ne s’agit pas seulement d’un d’un simple bug comme ils peuvent l’évoquer, mais une critique qui revient de manière anormalement régulière à notre époque, reflet d’une société hypocrite ou règne encore en France une hiérarchie basée sur la couleur de peau. 

Comparer un film, qui est le reflet l’évolution et de progrès dans les moeurs publiques, à une suprématie faite par des « singes » à l’heure où l’on est censé être dans un pays ou toutes les différences cohabitent, démontre seulement le racisme intériorisé et mais surtout que la négrophobie est toujours aussi présente, mais de manière cachée dans notre pays.

La France n’est pas habituée au changement et n’aime pas voir sa hiérarchie bouger ou des évolution au sein de sa « jolie société », en effet, aucun bad buzz d’une telle ampleur n’a été notée aux états-Unis sachant même que les directeurs de ce film sont blancs. Jusqu’à quand va t’on devoir supporter une telle situation ? 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook