MOHAMED ALI, SURVEILLÉ DE PRÈS PAR LE FBI

Dire que certaines grandes figures noires (activistes, artistes, sportifs etc..) ont bénéficié de l’attention particulière du FBI au même titre que Martin Luther King Jr, Malcom x, le poète Claude Mc Kay peut étonner plus d’un. La paranoïa des agences de renseignements américains, envers une communauté noire soucieuse de bénéficier des mêmes droits que leurs concitoyens blancs n’avait donc pas de limite ?! Celle du FBI particulièrement, sous la férule du très influent J. Edgar Hoover de 1924 à 1972, a été l’une des plus laborieuses. Au nom du « Freedom of Information Act », tout était permis, c’est à ce titre que nous découvrons grâce à une action de justice intentée par la Judicial Watch (surveillance judiciaire) que le boxeur, le plus grand de tous les temps a été épié, scruter dans ses moindres faits et geste par la police fédérale des États-Unis autrement dit le FBI.

Des documents secrets déclassifiés en août dernier, 2 mois après la mort d’Ali, on découvre tout sur le champion. Le journal « Oumma  » révèle qu’un rapport de 142 pages, conçu par le FBI contre Mohamed Ali. Sous son nom naissance Cassius Clay le rapport fait état de la vie du boxeur, à l’époque au sommet de sa gloire, une personnalité public, considéré comme un élément séditieux. Allant de sa conversion à l’islam, en passant par engagement dans la Nation of Islam en 1964, à son divorce avec sa femme Sonja, le quotidien du multiple champion de boxe était épié sous l’ère Hoover. Ainsi, une note de service, divulguée dernièrement, stipulait clairement : « Le bureau du FBI de Miami est prié de suivre l’action de divorce entre Cassius Clay et Sonja, en s’attachant à vérifier l’implication de la Nation of Islam en la matière ».

La légende la boxe qui nous a quitté le 5 juin 2016 aura affronté sur le ring comme dans la vie réelle des adversaires de tous bords. Hoover se révèle ainsi comme l’un des plus redoutables adversaires, pas seulement pour Ali mais, pour toute la communauté Afro-américaine, ce raciste révélé considérait que l’alphabétisation des Afro-américains contribuait à leur radicalisation politique, il aura ainsi usé de tous les moyens à sa disposition (légales et illégales) pour maintenir la race noire au bas de l’échelle.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook