MICHELLE OBAMA, LA FEMME LA PLUS ADMIRÉE AUX ÉTATS-UNIS

Michelle Obama succède à Hillary Clinton à la première place du classement de la femme la plus aimée des États-Unis, d’après un récent sondage de l’agence d’analyse et de conseil Gallup publié jeudi. Son mari, l’ancien président américain Barack Obama, se maintient, quant à lui, en tête des hommes les plus appréciés des américains, devant l’actuel locataire de la Maison Blanche, Donal Trump.

C’est officiel, Michelle Obama vient de mettre fin à 17 ans de règne sans partage sur le trône de la femme la plus admirée par les américains. Une place à laquelle est accède alors que son mari et ancien président des États-Unis conserve, lui, pour la onzième année consécutive le rang du plus admiré par ses concitoyens.

Le sondage qui vient de conférer au couple Obama la prestigieuse place des personnalités les plus appréciées des États-Unis, est réalisé par Gallup chaque année depuis 1946, à l’exception de 1976. Pour le cru 2018, 1.025 Américains ont été consultés entre les 3 et 12 décembre.

Hillary Clinton, ancienne première Dame et secrétaire d’État américaine, est arrivée en tête de ce classement à vingt-deux reprises, dont les dix-sept dernières années consécutivement. N’ayant obtenu que 4% des opinions tout comme l’actuelle First Lady Melania Trump, la canditate malheureuse de la présidentielle de novembre 2016 devra, cette année, céder sa place à son amie démocrate, Michelle Obama, qui devance la présentatrice et femme d’affaires américaine Oprah Winfrey (5%). Du côté des hommes, Barack Obama a obtenu 19% des votes, devant Donald Trump (13%) et, ex aequo avec 2%, l’ancien président George W. Bush et le pape François.

Mme Obama peut devoir cet exploit au succès de ses Mémoires, intitulés « Becoming » (Devenir), pour lequel justement, elle effectue en ce moment une tournée mondiale de promotion. Ce livre de l’ex-First Lady d’Amérique a, en effet, bénéficié, en novembre dernier, d’une sortie en librairie assez médiatisée, avec un réseau de vingt-quatre traductions.

À ceux qui ont vu en elle, une autre Hillary Clinton qui se lancerait dans la politique après la présidence de son mari, elle a répondu, dans les pages de ses Mémoires, ne pas être « intéressée » par cette perspective.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook