• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • UNE MÈRE INCARCÉRÉE POUR MUTILATION GÉNITALE D’UNE FILLETTE DE TROIS ANS

UNE MÈRE INCARCÉRÉE POUR MUTILATION GÉNITALE D’UNE FILLETTE DE TROIS ANS

Une mère de 37 ans a été emprisonnée après avoir été la première personne au Royaume-Uni à être déclarée coupable de mutilation génitale féminine (MGF).

La femme, originaire d’Ouganda, a mutilé sa fille âgée de trois ans dans leur maison située dans l’est de Londres, en 2017. Elle a été condamnée à onze ans d’emprisonnement pour la MGF et à deux années supplémentaires pour des images indécentes et de la pornographie extrême.

La juge Whipple a déploré « un crime barbare et écœurant ». « Les mutilations génitales féminines sont depuis longtemps contre la loi et soyons clairs, les mutilations génitales féminines sont une forme de maltraitance à enfant », a-t-elle ajouté.

Sorts et malédictions

La mère est née en Ouganda, mais vit au Royaume-Uni depuis plusieurs années. Les MGF sont interdites dans les deux pays, a déclaré le Crown Prosecution Service (CPS). Le juge a déclaré qu’on ne savait pas pourquoi, contrairement à sa culture, la femme avait infligé des MGF à son enfant. La piste de la sorcellerie a été évoquée.

Des sorts et malédictions destinés à dissuader les enquêtes de la police ont été découverts au domicile de la femme avant son procès. Au cours du procès, la femme a affirmé qu’en août 2017, sa fille avait grimpé pour prendre un biscuit et qu’elle était « tombée sur du métal qui lui avait déchiré ses parties intimes ».

Les médecins ont alerté la police sur les blessures de la fillette après l’avoir soignée à l’hôpital Whipps Cross de Leytonstone. L’enfant « a perdu une quantité importante de sang à la suite des blessures qui lui ont été infligées et lui ont été infligées », ont déclaré des jurés.

Deux mystérieuses langues de vache

Alors que les parents étaient en liberté sous caution, la police a perquisitionné le domicile de la mère et a déclaré avoir trouvé des preuves de « sorcellerie ». La procureure Caroline Carberry, QC, a déclaré que deux langues de vache étaient « attachées avec des clous et un petit couteau émoussé » insérée dans celles-ci.

On a trouvé quarante fruits de limes et autres fruits contenant des morceaux de papier sur lesquels étaient gravés des noms, y compris ceux d’agents de police et d’un travailleur social impliqué dans l’enquête. Le juge a déclaré : « [Les MGF] sont une pratique barbare et un crime grave. C’est un délit qui cible les femmes, particulièrement infligées quand elles sont jeunes et vulnérables ».

Lutter contre la cruauté faite aux enfants

L’affaire n’est que la quatrième poursuite en matière de MGF intentée devant un tribunal britannique. Les cas précédents ont conduit à des acquittements. John Cameron, responsable de la NSPCC (une association britannique luttant contre la cruauté envers les enfants), a déclaré : « Certaines cultures considèrent que les mutilations génitales féminines sont un élément nécessaire pour élever une jeune fille. Des pressions peuvent même être exercées pour que les familles s’y conforment »

Lynette Woodrow, de la SCP, a déclaré : « Les mutilations génitales féminines sont une forme extrêmement grave de maltraitance d’enfants et la peine d’aujourd’hui le souligne. Nous espérons que cette condamnation encouragera les personnes qui ont subi des mutilations génitales féminines ou qui ont des soupçons au sujet d’infractions de MGF à se faire connaître afin que nous traitions tout le monde avec sensibilité et respect ».

L’ancien partenaire de la femme, un Ghanéen de 43 ans, a été libéré de son implication dans l’infraction de MGF. Mais il a plaidé coupable à deux accusations de possession d’une image indécente d’un enfant et à deux accusations de possession de pornographie extrême.

Le danger des MGF

Les mutilations génitales féminines comprennent « l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes féminins ou d’autres lésions des organes génitaux féminins pour des raisons non médicales » et sont pratiquées dans 30 pays d’Afrique et dans certains pays d’Asie et du Moyen-Orient.

Elles sont souvent motivées par des convictions sur ce qui est considéré comme un comportement sexuel adéquat, à préparer une fille ou une femme à la vie adulte et au mariage et à assurer une « pure féminité »

On estime à trois millions de filles et de femmes dans le monde sont exposées chaque année, tandis que près de 125 millions de victimes en subiraient les conséquences, selon l’OMS. Les risques comprennent les saignements sévères, les problèmes d’urination, les infections, la stérilité et le risque accru de complications lors de l’accouchement et de décès néonatal.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook