• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • MARTIN FAYULU, LE CANDIDAT RETENU PAR L’OPPOSITION CONGOLAISE

MARTIN FAYULU, LE CANDIDAT RETENU PAR L’OPPOSITION CONGOLAISE

Agé de 62 ans, ancien cadre du secteur pétrolier formé aux États-Unis et en France, bien qu’un simple outsider appartenant à un parti minoritaire du Congo (RDC), Martin FAYULU a été placé sous les feux de la rampe en tant que choix consensuel des piliers de l’opposition réunis à Genève le 11 novembre 2018. Marié à Esther Ndengue Fayulu et père de trois enfants, Martin FAYULU a été choisi par l’opposition en République démocratique du Congo (RDC) comme candidat à la course à la succession de Joseph Kabila Kabange.

Il est régulièrement vu au front des manifestations contre le président Joseph Kabila Kabange. Il a aussi été l’une des voix les plus virulentes contre les efforts du président pour rester au pouvoir. Fayulu a remporté son premier poste électif en 2006, lors de son élection au parlement congolais.

Fougueux et parfois impulsif, Fayulu a été régulièrement vu au début des manifestations contre Kabila, qui voulait prolonger ainsi son pouvoir au-delà des limites constitutionnelles, une offre à laquelle le président a finalement renoncé en août après avoir épuisé plusieurs manœuvres légales.

Le Président d’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement  et  candidat de la coalition Lamuka, Martin FAYULU,  bénéficie du soutien de deux poids lourds: l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, qui a été empêché de se présenter aux élections, et l’ex-gouverneur de la province exilé, Moise Katumbi, qui affirme qu’il n’a pas pu retourner à Kinshasa pour présenter sa candidature. Le candidat de l’opposition est fermement opposé à l’utilisation de machines à voter , une question qui aurait pu faire basculer le débat sur la sélection en sa faveur, l’UDPS de Felix Tshisekedi, ayant déclaré qu’il contesterait le vote, que les machines soient utilisées ou non.

Fayulu a travaillé pour le groupe américain Mobil dans plusieurs pays africains de 1984 à 2003, d’abord en tant qu’auditeur puis en tant que directeur général.

Fayulu a déclaré qu’il avait quitté la société à des conditions « amicales », recevant une indemnité de départ confortable.

Originaire de l’ouest du pays, où l’on parle le lingala, Fayulu possède un hôtel à Kinshasa situé à mi-chemin entre la résidence de Kabila et le bureau du président.

L’hôtel a été scellé en mai, apparemment pour un audit fiscal, mais a depuis rouvert ses portes.

Deux fois reportées depuis 2016, les élections du 23 décembre doivent choisir le prochain président de la République démocratique du Congo pour succéder à Joseph Kabila, au pouvoir depuis 18 ans.

 

KHOUDIA GAYE

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook