• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • M. LE PEN PROMET 0,7% DU PIB À « LA COOPÉRATION AVEC L’AFRIQUE »

M. LE PEN PROMET 0,7% DU PIB À « LA COOPÉRATION AVEC L’AFRIQUE »

« Les plaisirs de la charité ne sont que les jouissances de l’orgueil » disait le Marquis de Sade. L’Afrique a-t-elle besoin de la charité d’un pays qui durant des siècles s’est construit sur le pillage de ses ressources ? La richissime Afrique a-t-elle besoin de la charité d’une candidate dont le seul but est de plaire donc de tromper comme le disait le Marquis de Vauvenargues ? visiblement oui ! Car c’est bien ce que pense la candidate à la présidentielle française de 2017. 

Mardi 2 mai lors d’une rencontre à Paris consacrée à  la politique africaine, Marine Le Pen a promis qu’elle consacrerait 0,7% du PIB français pour la « coopération avec l’Afrique », selon l’ »AFP ».


« Les États africains sont abandonnés, l’aide au développement a drastiquement diminué. Je m’engage à consacrer, avant 2022, 0,7% de la richesse française à la coopération avec l’Afrique » a affirmé Mme Le Pen devant une cinquantaine d’Africains vivant en France. « Nous veillerons à sa bonne utilisation », a-t-elle promis. « 0,7%, c’est à peu près 15 milliards d’euros, bien plus importants que les 400 millions d’euros actuellement attribués en réalité au développement avec l’Afrique », a-t-elle explicité. 


Au cours de sa rencontre avec le Collectif, Mme Le Pen (qui a rappelé sa visite auprès du président tchadien Idriss Déby mi-mars), aurait rejeté toute « accusation mensongère » de racisme et de xénophobie, mais aussi d’hostilité envers les Africains. « Ne croyez pas les oiseaux de mauvais augure qui ne font, par leurs mensonges, que préserver leur rente en manipulant les Africains de France et les Français d’origine africaine », aurait-elle exhorté. « Ils feraient mieux de regarder le bilan désastreux de leur politique », aurait-elle accusé, s’en prenant à « la Françafrique ».


Enfin, alors qu’elle était interrogée sur des pays où des élections ont été contestées, tel le Gabon, la candidate du Front National (FN) aurait évoqué la « souveraineté » des pays africains, rejetant toute « ingérence » ou « clientélisme », et se disant prête, si elle est élue, à « aider, pousser, insuffler, influencer pour que des élections libres puissent avoir lieu ». 

Quant à la rencontre, elle a été organisée par un « Collectif des Africains », créé pour l’événement selon l’organisateur Andrea Ngombet, qui a aussi invité Emmanuel Macron.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook