L’UE SANCTIONNE NEUF HAUTS RESPONSABLES CONGOLAIS

Ils sont neuf, neuf personnalités en République démocratique du Congo sont venues s’ajouter à la liste noire de l’Union européenne. Ces responsables congolais parmi lesquels le très médiatique ministre de l’Information Lambert Mende. Ceux-ci n’auront plus droit aux visas Schengen et leurs biens et avoirs en Europe vont être gelés.

On retrouve également sur cette liste d’Evariste Boshab, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique jusqu’en décembre 2016. Il y a aussi Ramazani Shadary, actuel ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, responsable à ce titre de l’usage disproportionné de la force dans le Kasaï, selon l’UE. Mais l’UE n’oublie pas le visage médiatique du pouvoir congolais, considéré comme le porte-parole de la politique répressive du gouvernement.

Au tout dernier moment, le colonel Paul Mugisha Muhumuza a été retiré de la liste faute de preuves jugées suffisantes. En revanche, le nom de Kalev Mutond, très redouté directeur de l’Agence nationale de renseignement, a été rajouté. Il est épinglé pour son rôle central dans la répression. En privé, diplomates et députés européens précisent que ces listes constituent autant de balises pour d’éventuelles inculpations le jour venu devant la justice nationale ou internationale.
L’Europe reproche notamment à ces hommes des violations graves des droits humains dont l’usage et le recours systématique à la force, principalement dans les régions du Kasaï, du Kivu, au Congo central, et même dans la capitale Kinshasa.

Toutefois, il faudra encore attendre l’aval du Conseil des ministres des Affaires étrangères prévu le 19 juin à Luxembourg pour que les sanctions soient effectives.
Une liste de sept individus liés au régime actuel avait été dressée à la fin de l’année dernière, déclenchant à l’encontre de ces personnes les sanctions personnelles classiques : interdiction de séjour et de transit dans l’UE, gel des biens et des avoirs détenus dans l’Union européenne. Selon l’Union européenne, ces personnes sont impliquées dans la répression, principalement dans les trois provinces du Kassaï, au Kivu, au Congo central et dans la capitale Kinshasa.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook