LIBERIA : LA JUSTICE MET LE SECOND TOUR EN SUSPENS

Le second tour des élections présidentielles au Libéria prévu le 07 novembre prochain pourrait ne pas avoir lieu à la date initialement prévue. Pour cause, des requêtes pour accusations de fraudes, déposées par le candidat Charles Brumskine du Liberty Party, arrivé troisième lors du premier tour derrière George Weah et le vice-président sortant Joseph Boakai. Il demande que soit rejoué le premier tour des élections. Dans une ordonnance, la Cour suprême a demandé au Liberty Party et à la Commission électorale de préparer leurs éléments d’accusations et de défense au plus tard jeudi.

La plainte du candidat Charles Brumskine a trouvé un autre soutien fort en la personne de l’homme d’affaires Benoni Urey du All Liberian Party. De son côté, le Parti de l’unité affirme dans un communiqué lu à la presse par son président, Wilmont Paye, que le scrutin du 10 octobre a été « caractérisé par des irrégularités systématiques massives et des fraudes » et que la présidente Johnson Sirleaf a agi de façon inappropriée en rencontrant en privé des juges chargés des élections avant le scrutin : « L’affairisme a refait surface sous sa forme la plus dure, semant à nouveau les graines de la discorde dans le but de perturber la paix fragile au Liberia. »

Cette évolution de la situation au Liberia rappelle le rôle déjà joué début septembre par la Cour suprême du Kenya qui avait invalidé les résultats provisoires de la présidentielle publiés par la Commission électorale. Pour l’instant, personne ne peut parier sur l’issue de ces requêtes ni sur la tenue du second tour le 07 novembre. Espérons que nos deux challengers du second tour n’auront pas une mauvaise surprise.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook