• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • L’exécution de Rodney Reed suspendue après la mobilisation de milliers d’Américains

L’exécution de Rodney Reed suspendue après la mobilisation de milliers d’Américains

La plus haute cour d’appel du Texas a suspendu vendredi l’exécution prévue (pour le 20 novembre) du détenu Rodney Reed, dont la condamnation est mise en cause par de nouvelles preuves qui, selon ses soutiens, font douter de sa culpabilité.

La suspension de l’exécution prononcée vendredi après-midi par la Cour d’appel criminelle du Texas intervint quelques heures à peine après que le Texas Board of Pardons and Paroles ait recommandé de retarder l’injection létale.

La commission des libérations conditionnelles a recommandé à l’unanimité un sursis de 120 jours à Reed. La chambre a rejeté la demande du condamné de commuer sa peine en prison à vie. Âgé de 51 ans, l’afro-américain devait recevoir une injection létale mercredi soir pour l’assassinat de Stacey Stites, âgé de 19 ans, en 1996. Selon les procureurs, l’afro-américain a violé et étranglé Stites alors qu’elle se rendait au travail dans un supermarché de Bastrop, une communauté rurale située à environ 30 km au sud-est d’Austin.

« Excellente nouvelle », a tweeté Martin Luther King II, fils du célèbre défenseur des droits civiques, qui avait joint sa voix à une large campagne de mobilisation en faveur de Rodney Reed.

Les efforts de Reed pour arrêter son exécution ont reçu le soutien de nombreuses célébrités, notamment Beyoncé, Kim Kardashian et Oprah Winfrey. Les législateurs des deux parties, y compris le sénateur du Texas GOP, Ted Cruz, ont également demandé que les responsables examinent de plus près les preuves présentées.

Dans un tweet diffusé un peu plus plutôt ce samedi, la vedette de téléréalité Kim Kardashian a confié : « Aujourd’hui, j’ai eu l’honneur de rencontrer #RodneyReed en personne et le privilège de siéger à ses côtés lorsqu’il a appris que le plus haut tribunal du Texas avait ordonné le sursis à exécution et renvoyé l’affaire devant le tribunal de première instance ».

Selon elle, « les mots ne suffisent pas pour décrire le soulagement et l’espoir qui ont envahi la salle à ce moment-là. Cet espoir qui a grandi ces dernières semaines autour du cas de Rodney. On a vu des démocrates et des républicains se réunir. Des militants de terrain et des élus se serrer les coudes ».


Deux pétitions sur internet avaient également recueilli plus de 3,5 millions de signatures.

Bryce Benjet, un avocat du projet Innocence, qui représente Reed, avait cherché à retarder l’exécution afin de prendre dûment en considération « de nouvelles preuves convaincantes de son innocence » et d’autoriser éventuellement des tests ADN qui pourraient prouver « qui a réellement commis le crime ».

Depuis la reprise des exécutions au Texas en 1982, seuls trois condamnés à mort ont vu leur peine commuée en peine de prison à vie quelques jours après leur exécution.

La Commission des libérations conditionnelles recommande depuis 1982 de commuer à cinq reprises la peine d’une condamnation à mort. Mais l’ancien gouverneur du Texas, Rick Perry, a rejeté la recommandation à deux reprises, en 2004 et 2009. Depuis son entrée en fonction en 2015, Abbott n’a arrêté qu’une seule exécution imminente, en 2018.

Reed a encore plusieurs appels en instance, y compris auprès de la Cour suprême des États-Unis. Ses soutiens ont organisé divers rassemblements en vue de son exécution, dont une veille de nuit jeudi 14 novembre devant la Cour suprême de Washington. Un rassemblement devant le palais du gouverneur du Texas est prévu pour ce dimanche.

Stéphane BAI

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook