• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • L’ÉTAT ISLAMIQUE REVENDIQUE SON PREMIER ATTENTAT EN RDC

L’ÉTAT ISLAMIQUE REVENDIQUE SON PREMIER ATTENTAT EN RDC

Trois personnes ont été tuées mardi dans une fusillade près de la ville de Beni, située dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). L’attaque a été revendiquée jeudi par le groupe terroriste État islamique qui s’est félicité de son premier attentat dans le pays en le déclarant « province de l’Afrique centrale » du « califat ».

Les trois hommes sont morts lors d’affrontements le 16 avril à Bovata, près de la ville de Beni, ont affirmé une source à la mission de maintien de la paix de l’ONU et un responsable de la société civile à l’agence de presse Reuters. La ville et ses environs souffrent doublement de la violence armée et d’une épidémie d’Ebola.

Il n’a pas été possible de vérifier de manière indépendante les affirmations de l’Ei, transmises par son agence de presse Amaq. Il existe plus d’une douzaine de groupes armés et groupes criminels différents opérant dans cette région de l’est de la RDC. Le groupe terroriste a également revendiqué un nombre plus élevé de victimes, à savoir, cinq soldats tués et de trois blessés.

La source des Nations Unies et un responsable de la société civile locale, David Moaze, ont déclaré que des témoins présents sur les lieux de l’attaque avaient blâmé un groupe armé appelé les Forces alliées démocratiques, qui pourrait avoir des liens avec l’État islamique.

Dans un rapport publié en novembre par le Congo Research Group de la New York University et la Bridgeway Foundation, les FAD ont reçu de l’argent d’un financier lié à l’EI, suggérant de possibles liens entre les combattants du Congo et d’autres groupes armés en Afrique et au-delà.

Soucieuses de solliciter le soutien « anti-terroriste » des puissances occidentales, les autorités congolaises ont accusé les FAD d’avoir perpétré une série de massacres au cours des deux dernières années dans l’est du pays, généralement sans fournir aucune preuve de la responsabilité du groupe.

Des groupes armés rivaux contrôlent des régions de l’est du Congo, longtemps après la fin officielle d’une guerre de 1998-2003 au cours de laquelle des millions de personnes sont mortes.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook