LES ÉTATS-UNIS EXPULSERONT 7 000 GHANÉENS CETTE ANNÉE !

Voilà des décennies que les Etats-Unis accueillent les persécutés du monde entier, des Juifs d’Europe centrale aux anticommunistes chinois en passant par les opposants à la révolution cubaine et même des exilés économiques. Cette ouverture au monde est probablement révolue. Révolue avec l’arrivée du 45e président des États-Unis. Donald Trump, dont l’une des promesses phares de sa campagne était « expulsion et la fermeture de manières sélectives des frontières des États-Unis, aux immigrants et aux immigrés en situation irrégulières ». Avec une avalanche de décrets et des expulsions fréquentes, massives de migrants des États-Unis, un peu plus de 100 jours après son arrivée à la Maison Blanche, on peut dire sans ambages : « chose dite, chose faite ».

C’est par le canal du journal « La Tribune Afrique », que nous apprenons que l’administration américaine expulsera des milliers de ressortissants Ghanéens vers leur pays d’origine cette année. Bien que nous ignorions encore la date de leur « Come Back » au Ghana, mais ils seront des milliers de ressortissants à être expulsés des États-Unis. Selon l’ambassadeur du pays de l’Oncle Sam au Ghana, Robert P. Jackson, ces Ghanéens ont dépassé la durée de leurs permis de séjour et sont actuellement en situation irrégulière. «Environ 7 000 d’entre eux sont actuellement à différents stades du processus d’expulsion», a précisé le diplomate américain en poste à Accra, la capitale du Ghana.

Cette expulsion fait suite à celles de 130 Sénégalais au mois de mars dernier accusés d’entrée illégale, séjour irrégulier et délits financiers aux États-Unis. Et récemment, ce 25 avril, quarante-neuf Guinéens ont été renvoyés du sol américain.

« La Tribune Afrique », nous apprend également que ce phénomène n’a rien de nouveaux. Sous l’administration Obama, beaucoup de migrants ont été renvoyés dans leur pays d’origine. Entre 2009 et 2016, plus de 2,7 millions de personnes ont été forcées de quitter le territoire américain.

Le tout nouveau locataire de la Maison Blanche, qui va mobiliser 5 000 patrouilleurs frontaliers et plus de 10 000 agents des douanes pour exécuter ses ordres sur l’immigration, compte bien battre le record de son prédécesseur.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook