LES APPELS À LA DÉMISSION DE ZUMA SE MULTIPLIENT !

On croyait l’affaire Zuma oubliée, mais non ! Si le cas Zuma ne fait plus écho dans l’actualité du moment, il n’en demeure pas moins que ce dernier est toujours au centre des appels à démission de la société civile. Ce mardi, les choses se compliquent pour le président sud-africain, car c’est le principal syndicat, allié historique de l’ANC parti au pouvoir, qui a lancé ce jour un appel à la démission du président, après un remaniement qui plonge le pays dans l’incertitude politique et économique.

Dans la nuit de jeudi, la nomination de dix ministres et autant de vice-ministres réputés proches de M. Zuma a ravivé les tensions qui semblaient pourtant s’être calmées. Au cœur de ce remaniement, un nom attire l’attention, celui de Pravin Gordhan, ministre des Finances, chantre de la lutte anti-corruption et ennemi n°1 de M. Zuma au sein du gouvernement, qui a été limogé au profit d’un proche du président. Ces changements ont eu des conséquences sur les marchés.

Standard & Poor’s a rétrogradé l’Afrique du Sud à BB+, en catégorie spéculative, blâmant « l’incertitude politique et institutionnelle » aggravée par le remaniement. L’agence Moody’s qui classe pour l’heure l’Afrique du Sud, deux crans au-dessus des catégories spéculatives (Baa2) a quant à elle placé le pays sous « surveillance » en vue d’une potentielle dégradation, rapporte l’express. « La dégradation des notes a déjà entraîné une dépréciation significative du rand et je pense que ce n’est qu’un début. On devrait voir une hausse de l’inflation et des taux d’intérêt », prévient Azar Jammine, économiste interrogé par l’AFP.

Le président bien qu’acculé semble sûr. Il assure avoir procédé à des changements pour  »donner une nouvelle énergie au gouvernement ». Si le président Zuma a déjà résisté aux appels à la démission contre lui, l’an dernier, résistera-t-il encore cette année alors que même ses alliés historiques demandent son départ?

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook