• Accueil
  • >
  • SANTÉ
  • >
  • LES ANTILLES, LE PARADIS TERRESTRE DES CANCERS ET DES TROUBLES ENDOCRINIENS

LES ANTILLES, LE PARADIS TERRESTRE DES CANCERS ET DES TROUBLES ENDOCRINIENS

Ayant la réputation pour les métropolitains d’être un paradis terrestre où le panorama et les bananiers viennent illuminer le territoire et rendre les gens heureux, se cache derrière cette vision totalement utopique, une réalité désastreuse voire macabre.

Le principal responsable, une molécule toxique utilisée comme pesticide principalement dans les plantations bananières appelée Chlordécone interdite aux États-Unis depuis 1970, en France métropolitaine depuis 1990 et dans les Antilles Françaises depuis 1993.

Près de 25 ans après son interdiction, les ravages font face. Et l’on se rend compte, que la Martinique ainsi que la Guadeloupe principales exportatrices de Bananes pour l’hexagone (près de 270 000 tonnes expédiées par ans) se trouvent exposées de manière démesurée à des cas de Cancer de la prostate et du sein qui ne sont que la conséquence de la pollution causée par l’utilisation de Chlordécone dans les plantations. En effet, ce puissant pesticide qui a été longtemps utilisé, a pollué l’écosystème ultramarin tout entier car une fois utilisé, ce dernier à un impact sur la terre pendant plusieurs siècles.

Les conséquences, longues à énumérer soulèvent de nombreuses questions : La santé publique des DOM est elle moins importante que celle des métropolitains ? Salir l’image de paradis terrestre et montrer une réalité ravagée par la pauvreté, des prix exorbitants ainsi qu’une néo colonisation sous-jacente ou un problème de santé publique serait mal venu ?

La Martinique se retrouve en haut du podium du top 20 des taux de cancer de la prostate par habitants, loin devant la Norvège. Loin d’être une coïncidence non plus, 4 des départements et territoires d’outre-mer se trouvent également dans ce classement et ont donc plus de 100 000 cas de cancer pour 100 000 000 habitants :
-La Martinique en première place pour 227,2 cas pour 100 000 habitants contre 127,3 pour la métropole
-La Nouvelle-Calédonie, elle, vient en 8e place
-La Polynésie Française en 9e place
-La Guadeloupe en 13e place
On trouve dans ces mêmes endroits un taux de mortalité pour ces cancers de 32 pour 100 000 habitants alors que la moyenne mondiale est de 7 pour 100 000 habitants.

Des générations toutes entières sont donc les victimes de cancer du sein et de la prostate, de puberté précoce, de retard du développement cognitif, de troubles psychomoteurs et de naissances prématurées causée par ce poison censé nourrir l’hexagone de bananes.

Près de vingt cinq ans après son interdiction, le Chlordécone a pollué près de 5 200 hectares justes sur les territoires de Basse-Terre en Guadeloupe et empêche dès à présent la population locale de consommer les produits de rivières qui sont trop exposés.

La Faune comme la flore étant atteinte, toute la chaîne alimentaire aux Antilles se trouve atteinte et une étude à montrés que 90% de la population vivant en Guadeloupe à été contaminée. De la patate douce et la viande bovine jusqu’au lait maternel, le Chlordécone se trouve dès à présent dans chacun de leurs aliments.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook