• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN RDC REPORTÉE D’UNE SEMAINE

L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN RDC REPORTÉE D’UNE SEMAINE

La commission électorale blâme le feu à Kinshasa pour son report aux urnes historiques, alors que les partis de l’opposition crient au scandale.

L’élection présidentielle en République démocratique du Congo prévue dimanche a été reportée au 30 décembre, a annoncé la commission électorale du pays citant des problèmes causés par un récent incendie qui a détruit 80% des machines à voter dans la capitale, Kinshasa.

Le retard des élections, déjà reporté à plusieurs reprises depuis 2016, suscitera la colère des partisans de l’opposition fractionnée de la RDC et des observateurs consternés qui espéraient que cela apporterait une mesure de sécurité au pays. Il est également susceptible de créer des tensions et d’engendrer des manifestations importantes.

Corneille Nangaa, président de la commission électorale, a déclaré que les responsables avaient trouvé suffisamment de machines à voter pour Kinshasa, mais devaient imprimer 5 millions de nouveaux bulletins de vote. Nangaa a appelé le pays de quelque 40 millions d’électeurs au calme.

Le président sortant de la RDC, Joseph Kabila, a refusé de quitter ses fonctions à la fin de son deuxième mandat en 2016 et a accepté à contrecœur de ne pas se présenter ainsi. La constitution du pays limite les présidents à deux mandats consécutifs.

Emmanuel Ramazani Shadary, ancien ministre de l’Intérieur et loyaliste de Kabila, représente la coalition au pouvoir.

Kabila est au pouvoir depuis 2001 et l’élection serait la première transition démocratique du pouvoir de la RDC depuis l’indépendance de la Belgique en 1960.
Les candidats de l’opposition ont averti que tout retard serait inacceptable.
Le président de la CENI [commission électorale] a annoncé qu’il y aurait une élection, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, le 23 décembre « , a déclaré Martin Fayulu, l’un des deux principaux candidats de l’opposition. « Nous ne pouvons accepter un changement de position de M. Nangaa aujourd’hui. »

Fayulu fait partie d’une coalition de l’opposition qui a publié mercredi une déclaration selon laquelle les autorités « avaient amplement le temps de préparer des élections crédibles et pacifiques ».
« Ils ne l’ont pas fait …

Nous découvrons donc leur véritable objectif : rester au pouvoir pour piller le pays et tuer la population congolaise qui espère profondément un changement », a ajouté la coalition.

Des étudiants de l’Université de Kinshasa ont manifesté contre les manifestants après l’annonce de ce retard.
Les préparatifs en vue du vote maintes fois reporté ont été perturbés par l’incendie de la semaine dernière à Kinshasa.

Beaucoup en RDC pensent que l’incendie était une tentative des autorités de discréditer l’opposition et de fournir une excuse pour retarder les élections.

Selon les médias locaux, la CENI a invoqué trois raisons à ce retard: la mort de plus de 100 personnes dans le nord-ouest suite à des violences ethniques, une épidémie d’Ebola à l’est et un nombre insuffisant de bulletins de vote. distribuer.
La RDC a refusé l’assistance internationale pour l’organisation des élections. C’était malgré le défi logistique énorme d’un scrutin dans un pays violent et instable de la taille de l’Europe occidentale, dépourvu de réseau routier ou ferroviaire adéquat et comptant environ 80 millions d’habitants.

La campagne a déjà été interdite à Kinshasa en raison d’inquiétudes quant à la violence.Sept personnes ont été tuées par les forces de sécurité au cours de la campagne, tandis que beaucoup d’autres ont été arrêtées.

Le procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a déclaré que le risque d’escalade de la violence pourrait conduire à « la commission de crimes graves ».
Dans un tel cas, mon bureau n’hésitera pas à prendre des mesures… Je souhaite réitérer mon appel au peuple congolais, et plus particulièrement aux autorités, aux acteurs politiques, à leurs partisans et à leurs sympathisants, pour qu’ils fassent tout leur possible pour prévenir et éviter tout comportement de violences criminelles contraires au statut de Rome [pdf], en tout lieu et à tout moment. La violence n’est pas une option », a-t-elle déclaré.

KHOUDIA GAYE

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video