• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • LE NIGERIA VEUT BLOQUER LES IMPORTATIONS DE PRODUITS ALIMENTAIRES

LE NIGERIA VEUT BLOQUER LES IMPORTATIONS DE PRODUITS ALIMENTAIRES

Le président Muhammadu Buhari a demandé à la Banque centrale du Nigeria, dans un communiqué publié mardi, de bloquer les demandes de devises des importateurs de produits alimentaires afin de stimuler l’agriculture locale.

Pas « un centime à l’importation »

Il a indiqué que les réserves de change du pays devraient être conservées et utilisées strictement pour la diversification de l’économie, sans « encourager une plus grande dépendance vis-à-vis des factures d’importation de produits alimentaires provenant de l’étranger ». « Ne donnez pas un centime à quiconque pour importer de la nourriture dans le pays », a précisé son porte-parole sur Twitter.

Le Nigeria est la plus grande économie d’Afrique, mais dépend des importations de produits alimentaires pour nourrir ses quelque 200 millions d’habitants. Muhammadu Buhari, qui avait remporté les élections plus tôt cette année pour un second mandat, a fait campagne en promettant de stimuler l’économie locale, entrée en récession lors de son premier mandat.

Le Nigéria est le plus grand producteur de pétrole d’Afrique. Les recettes fiscales et les recettes d’exportation de l’industrie pétrolière sont essentielles à son économie, mais elles sont en grande partie consacrées à l’importation de denrées alimentaires. Au premier trimestre de 2018, le pays avait dépensé 503 millions de dollars en importations de produits agricoles, selon le Bureau national des statistiques du pays. Ce chiffre a augmenté de 25,84% au premier trimestre de 2019.

Combattre la contrebande

Au cours de son premier mandat, M. Buhari a également empêché les importateurs de riz, aliment de base du pays cultivé dans plusieurs régions, d’obtenir des devises. Cette mesure visait à encourager la production locale, mais a entraîné l’arrivée massive de tonnes de riz de contrebande à travers ses frontières poreuses, principalement du Bénin voisin.

Il y a deux semaines, la banque centrale a empêché les importateurs de lait de se procurer des devises, arguant que la production locale devait être encouragée. La banque est indépendante et on ne sait pas comment elle va suivre la directive du président.

Si cela se concrétise, il est probable que la mesure entraînera une hausse des prix des denrées alimentaires, les importateurs recherchant d’autres sources de devises, principalement celles du marché noir, qui se vendent à des taux beaucoup plus élevés.

De nombreux Nigérians attribuent aux négociants du marché noir des politiques monétaires similaires et une répression sévère à l’origine du ralentissement économique et des « difficultés » qui ont caractérisé le premier mandat de Muhammadu Buhari.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook