LAURENT GBAGBO ACCUSE !

LAURENT GBAGBO ACCUSE !

De l’intérieur de sa prison, Gbagbo ne cesse de clamer la responsabilité de la France dans son inculpation dans les cellules de la CPI où il est retenu de façon provisoire depuis maintenant 2011. De sa cellule, il accuse les anciens présidents français Chirac et Sarkozy, de lui avoir fait la guerre parce qu’il refusait de se soumettre. Médiapart, est allé interrogé l’ancien président ivoirien du fonds de sa cellule et ses propos font écho en Afrique de l’Ouest, mais certainement pas en Côte d’Ivoire.

« Laurent Gbagbo, élu en 2000, a dit n’avoir aucun doute, la France a cherché, pendant toutes ses années à la présidence, à l’écarter du pouvoir. Il assure, notamment, ‘avoir su depuis le début’ que Paris était derrière la tentative du coup d’État du 19 septembre 2002, menée par des ex-soldats ivoiriens pro-Ouattara. ‘J’étais trop indépendant’ vis-à-vis de la France. ‘Je ne suis pas en prison. Je suis otage’. ‘Je suis là pour permettre à Ouattara d’être à la présidence et aux Français de continuer à avoir la mainmise sur la Côte d’Ivoire’, dans un bout de l’interview rapporté dans les lignes de Médiapart.

Pendant que les médias ivoiriens se contentent de reprendre les grandes lignes de cette interview, c’est au Burkina Faso, que des analyses plus poussées sont faites sur les propos de Laurent Gbagbo. Le journal burkinabè Wakat Séra s’interroge : « La même rhétorique du président patriote, soucieux de préserver la Côte d’Ivoire contre l’impérialisme français ? En tout cas, le refrain a été seriné pendant longtemps par Laurent Gbagbo. (…) Certes, il ne saurait se prévaloir de ses propres turpitudes. (…) Mais avait-il seulement le pouvoir de s’élever contre cette machine qui l’a broyé avant d’en faire un colis pour La Haye ? Non, car il était seul contre tous. La rédaction poursuit sur la responsabilité controversée du président Gbagbo sur les mutineries de la lagune Ébrié. Laurent Gbagbo est loin d’être blanc comme neige dans cette affaire. Mais est-ce juste qu’il porte seul le faix, alors que les responsabilités de ces milliers de morts qui réclament aujourd’hui vengeance sur les bords de la Lagune Ebrié sont partagées ?

L’Observateur Paalga, quant à lui, évoque la redondance des accusations de l’ancien président ivoirien. « Gbagbo redit ses certitudes et pointe de nouveau un doigt accusateur sur la France qui aurait scellé son sort dès son accession au pouvoir en octobre 2000. Lui Gbagbo, le militant anticolonialiste, ‘trop indépendant’ qui aurait lancé un jour de 2006 à Jacques Chirac :Je ne suis pas votre sous-préfet’. Il faut reconnaître, relève L’Observateur, que c’est cette image que renvoie à beaucoup d’intellectuels et jeunes du continent cet historien de formation qui semble avoir bu à bonne source, celle des Lumumba, Nkrumah, Touré et autre Nyerere. Tout le contraire donc de ce ‘valet local de l’impérialisme’ que serait Alassane Dramane Ouattara, qui aurait été soutenu par Paris depuis 1989, avant même qu’il soit le Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny et que les présidents Chirac et Sarkozy auraient tout fait pour installer au palais présidentiel de Cocody. »

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook