• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] L’APARECO REFUSE LA TENUE DU SOMMET DE LA FRANCOPHONIE À KINSHASA

[SOCIÉTÉ] L’APARECO REFUSE LA TENUE DU SOMMET DE LA FRANCOPHONIE À KINSHASA

L‘Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo (l’APARECO), mouvement d’opposition au pouvoir, s’est adressé dans une lettre ouverte le 21 Mai 2012 à Yamina BENGUIGUI, Ministre déléguée aux Français de l’étranger et à la Francophonie. L’APARECO refuse que le Sommet de la Francophonie se déroule à Kinshasa car cela signifierait que la France cautionne les horreurs perpétrés sous le régime de Joseph Kabila et ses complices (de nombreux viols, attaques avec armes, des millions de morts,…).

Dans cette lettre, ils félicitent d’abord la Ministre BENGUIGUI pour sa nomination à ce poste et soulignent l’importance que François HOLLANDE accorde à la Francophonie. Puis ils appellent l’État français à délocaliser ou annuler ce sommet en décrivant le « bilan honteux et scandaleux » de Kabila ainsi que son régime d’insécurité. L’Alliance a même joint des photos de femmes congolaises à l’Est qui ont subi des violences pour appuyer leurs propos.

Le collectif révèle que les horreurs perpétrés en République Démocratique du Congo sont les « conséquences d’un plan secret d’occupation de la RDC dont le processus est mené par « Joseph Kabila » qui est à la tête des institutions congolaises » et rappelle qu’en tant que Rwandais (aucun parent congolais donc), KABILA n’a pas le droit d’exercer à la plus haute fonction de l’État. Par ailleurs, il se serait imposé par « la force et la fraude » et aucun Président africain n’aurait assisté à son investiture.

Ils indiquent parler au nom de la majorité du peuple congolais et insistent pour que leurs souhaits de délocalisation du Sommet soient exaucés. Pour persuader le gouvernement français, ils n’hésitent pas à évoquer le passé en parlant de la décision de François Mitterrand de délocaliser le Sommet de la Francophonie qui devait avoir lieu à Kinshasa en 1994.

 

En image d’illustration : Mr. NDALA WA NDALA, Vice-Président de l’APARECO.

[ad#ad-adsente-texte-1]

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook