LA GUYANE PARALYSÉE PAR UN MOUVEMENT SOCIAL 

Les guyanais sont en colère, et ils le font bien savoir. À l’origine de cette colère, des problèmes en matière de santé, d’éducation, d’économie, de sécurité, d’accès au foncier ou de logement. Etils semblent bien décidés à en venir à bout. Depuis lundi dernier, des barrages bloquants sont dressés sur les routes par des manifestants.

 

La ministre des Outre-Mer, Ericka Bareigts a d’ailleurs réagit à la situation, appelant les manifestants à l’apaisement et à la tenue de discussions à Paris pour trouver une solutions à leurs revendications afin de « traiter sans délai les problèmes immédiats et finaliser le pacte pour l’avenir de la Guyane », promis par François Hollande en 2013, qui quatre ans plus tard, n’est toujours pas signé. À cela les manifestants répondent NON ! NON à de quelconques discussions à Paris, a fait savoir un de leur porte – parole.

Pourtantcette situation a de véritables répercussions sur de nombreux domaines du quotidien guyanais. Par exemple, depuis lundi était prévu le lancement de la fusée Ariane 5, vitrine économique du territoire, à cause d’un barrage à l’entrée du centre spatial, et d’une grève au sein de la société Endel, qui en assure le transfert. Après trois reports successifs, le directeur d’Arianespace a tranché :« pas de lancement tant que la situation sociale ne sera pas réglée ».

Par ailleurs, dans un communiqué aux parents d’élèves, le recteur d’académie a annoncé que « compte tenu des mouvements sociaux en cours, et des difficultés engendrées pour accueillir les élèves et assurer les enseignements dans des conditions optimales de sécurité, les établissements seront fermés jusqu’à nouvel ordre ».

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook