KWANZA, OÙ LA RÉVOLUTION DU NUMÉRIQUE AFRICAIN

Avec 368 millions de dollars, de levés de fond en 2016 les pépites africaines du numérique franchissent une étape importante. Si les 4 premières places du podium sont ravies par des pays d’Afrique anglophone (Nigeria, Afrique du Sud, Kenya et Rwanda), un pays francophone autre que la Côte-d’Ivoire (5e place) entend bien faire entendre sa voix : le Cameroun. Pays à fort potentiel, doté d’une superficie de 475 442 km2, et d’une démographie d’un peu plus de 20 549 221 âmes, ce Pays d’Afrique Centrale envisage grâce au numérique passé de 10 000 à 50 000 emplois d’ici 2020. Rappelons, que le Cameroun a déjà donné à l’Afrique 5 start-ups parmi les 100 plus innovantes du continent. Aujourd’hui, encore, nous allons avec vous découvrir l’une d’entre elles : « kwanza ».

Kwanza, comme son l’indique en swahili : la grande fête. Est un système de billetterie électronique multicanal, dont la focale n’est rien d’autre que la simplification des processus d’émission de billets pour les entreprises de Transport terrestres, les promoteurs de spectacle, les événements sportifs, etc. Est un système de billetterie électronique multicanal, dont la focale n’est rien d’autre que la simplification des processus d’émission de billets pour les entreprises de Transport terrestres, les promoteurs de spectacle, les événements sportifs, etc.
• Gestion du référentiel
• Constitution de l’offre de billetterie
• Mise en vente des billets
• Contrôle d’accès
• Achat des billets aux guichets, sur internet et applications mobile (Android & iOS)
• Suivi des ventes et du remplissage en temps réel
• Versement des paiements en cash
• Facturation des clients en compte
• Gestion des ventes partenaires
• Gestion des réquisitions
• Interfaces automatiques (comptabilité, outils de gestion de flotte, GPS, etc.)

Si sa plus grande réussite pour l’instant, est son adoption par l’unique compagnie ferroviaire du Cameroun (CAMRAIL) afin de digitaliser sa billetterie voyageuse. La compagnie peut, se targuer en l’espace d’un mois après son adaptation, d’avoir réalisé des économies de 30 millions de FCFA. Aussi révolutionnaire que son ambition, il va s’en dire que ce projet qui a vu le jour en fin 2014, est tout aussi national que panafricain.

« Nous sommes en pleine phase de développement de produits innovants qui nous en sommes sûrs, ferons la différence dans le paysage des nouvelles technologies en Afrique. Notre ambition, au prime abord, se veut la contribution au développement de l’économie numérique en Afrique afin de proposer des solutions qui rendront la vie des africains plus facile. » Explique, l’un des précurseurs dudit projet David Christian Mbang. En effet, la mutation de ce projet gigantesque, n’empêche guère l’envie d’étendre ses tentacules sur le marché sous régional. Après le Cameroun, « Kwanza » dans sa première phase à en ligne de mire : le marché gabonais, Congolais et équato-guinéen. L’avenir de l’Afrique, ne peut que se faire par une jeunesse qui ose inventer son futur, c’est de toute façon la tâche ardue que s’est confiés les concepteurs de « Kwanza » : gagner ce noble baroud pour le développement de l’Afrique. Puisse Dieu, les accompagner dans cette marche vers la réussite et le succès.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video