KOFFI OLOMIDÉ POURSUIVI POUR AGRESSIONS SEXUELLES

Koffi Olomidé, star congolaise de la rumba, est poursuivi pour atteintes sexuelles et séquestrations entre 2002 et 2006 dans un pavillon d’Asnières. Le procès, duquel il était absent, s’est tenu lundi à huis clos.

Ce 11 février, le roi de la rumba congolaise était attendu par le tribunal de Nanterre (France) pour répondre d’agressions sexuelles sur ses danseuses. Des faits commis il y a plus de dix ans à Asnières-sur-Seine.

Visé par deux mandats d’arrêts, le chanteur ne s’est pas présenté à la barre. Trois des victimes présumées étaient en revanche présentes. L’audience s’est donc tenue sans lui et à huis clos, selon le souhait de certaines plaignantes. Le jugement sera rendu à une date ultérieure.

Des rapports imposés sans préservatif

Les faits, qui sont imputés à la star de 62 ans, se seraient déroulés entre 2002 et 2006. L’artiste hébergeait les jeunes femmes en marge de concerts ou d’enregistrements dans un pavillon à Asnières. Les danseuses, privées de documents d’identité et de téléphone, y étaient gardées en permanence par trois hommes, dont deux ont comparu ce lundi pour complicité.

Quand Koffi Olomidé le souhaitait, l’un de ses gardes accompagnait les danseuses jusqu’à lui dans son hôtel, son studio d’enregistrement ou même dans les toilettes d’un supermarché d’Asnières. C’est là qu’auraient eu lieu les faits supposés.

Lors de l’enquête, elles ont évoqué des rapports imposés sans préservatif et des gifles quand elles se débattaient. Si elles se refusaient à lui, il ne les faisait tout simplement plus travailler.

Récidiviste

Les jeunes femmes avaient fini par s’échapper du pavillon une nuit de juin 2006. Elles avaient ensuite déposé plainte en 2007, 2009 et 2013. Elles ne sont plus retournées en République Démocratique du Congo depuis, par peur de représailles.

En 2009, Koffi Olomidé avait précipitamment regagné son pays lorsqu’il avait appris sa mise en examen. Selon l’AFP, lors de l’annonce de son renvoi devant la justice française en juin 2018, le chanteur avait « fermement » contesté les faits, dans un communiqué publié par Me Marsigny.

Ce n’est pas la première fois que la star congolaise a affaire à la justice. Il a notamment été condamné en 2006 pour fraude fiscale en France ou en 2016 au Congo pour avoir donné un violent coup de pied à l’une de ses danseuses.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook