KENYA : PLUS D’EXAMENS ANAUX SUR LES HOMOSEXUELS

Une cour d’appel kényane à Naïrobi a jugé jeudi l’utilisation illégale d’examens anaux forcés pour tester si deux hommes avaient des rapports homosexuels, ce qui est criminalisé dans la nation est-africaine.

La décision de la Haute Cour était inconstitutionnelle et violait les droits de l’homme, a déclaré le juge d’appel Alnashir Visram lors de l’audience dans la ville côtière de Mombasa.

Les défenseurs des droits des homosexuels ont applaudi la décision, affirmant que les examens anaux forcés équivalent à la torture. L’Association médicale du Kenya a condamné l’année dernière leur utilisation.

« La décision est un pas énorme non seulement dans le maintien de la dignité des homosexuels qui ont été soumis aux indignités des examens anaux, mais aussi à la primauté du droit au Kenya », a déclaré Eric Gitari, le directeur exécutif du « National Gay and Lesbian Commission des droits de l’homme. »

La commission représentait les deux hommes arrêtés en 2015 soupçonnés d’être homosexuels et soumis à des examens anaux forcés et à des tests de dépistage du VIH.

Human Rights Watch a déclaré que le Kenya est l’un des huit pays qui ont utilisé des examens anaux forcés sur des homosexuels présumés depuis 2010, avec le Cameroun, l’Égypte, le Liban, la Tunisie, le Turkménistan, l’Ouganda et la Zambie.

La nouvelle décision aura sans aucun doute un impact sur ces pays, a déclaré Gitari.

Au Kenya, le sexe gay est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison.

Les communautés lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres de la nation est-africaine se sont plaintes de harcèlement, qui dans certains cas est violent. Les personnes gaies sont souvent ostracisées par les familles et les communautés et discriminées lorsqu’il s’agit de louer des biens et de trouver un emploi.

 

Le mois dernier, la Haute Cour du Kenya a commencé à entendre des arguments dans une affaire qui remet en cause des parties du code pénal considérées comme ciblant la communauté LGBT. La Commission nationale des droits de l’homme des homosexuels et des lesbiennes soutient que ces articles sont en violation de la constitution et nient les droits fondamentaux en criminalisant les relations homosexuelles consensuelles entre adultes.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook