• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • KENYA : L’AÉROPORT DE NAIROBI PARALYSÉ PAR UNE GRÈVE SURPRISE

KENYA : L’AÉROPORT DE NAIROBI PARALYSÉ PAR UNE GRÈVE SURPRISE

Des milliers de passagers ont été bloqués dans les quatre principaux aéroports du Kenya après une grève des travailleurs qui a provoqué une perturbation majeure des vols mercredi. Les travailleurs se disent mécontents de la fusion envisagée entre les autorités aéroportuaires et la compagnie aérienne nationale.

Le trafic aéroportuaire perturbé

Environ 60 vols n’ont pas réussi à quitter l’aéroport international Jomo Kenyatta – le plus important d’Afrique de l’Est – mais certaines opérations ont repris dans l’après-midi. Les aéroports de Mombasa, Eldoret et Kisumu sont également perturbés.

Le gouvernement a condamné la grève qu’il juge illégale et des membres des forces aériennes kényanes ont été amenés pour alléger la situation.

La police anti-émeute a été déployée et a utilisé du gaz lacrymogène et des matraques pour disperser les travailleurs en grève dans l’aéroport principal de la capitale, ont annoncé les médias locaux.

Selon Kenya Airways, la situation s’améliore, les vols long-courriers à destination d’Amsterdam et de Mumbai étant partis, d’autres embarquements et les vols intérieurs « devraient reprendre sous peu ». Certains vols vers des destinations régionales ont par contre été annulés.

Un membre clé de l’organisation de la grève, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’aviation du Kenya, Moss Ndiema, a été arrêté.

Certains avions seraient partis sans passagers. Les voyageurs frustrés, obligés de patienter pendant plusieurs heures, se sont plaints du manque d’informations et du soutien des autorités. D’autres ont exprimé leur colère face à l’usage de la force pour disperser la manifestation.

Les raisons de la grève

Cela a commencé à minuit heure locale (21h00 GMT le mardi). Les véhicules de pompiers ont été retirés de la piste et le personnel de sécurité, d’enregistrement et de traitement des bagages a également cessé de travailler.

Les syndicats s’opposent à un plan dans lequel Kenya Airways, une entreprise déficitaire, prendrait en charge la gestion des aéroports de la Kenya Airports Authority (KAA), une organisation à but lucratif.

Les travailleurs de l’aviation se plaignent de l’embauche de personnel injuste, d’une faible rémunération et du fait que la prise de contrôle proposée mettrait leur travail en danger.

Le ministre des Transports, James Macharia, a déclaré aux journalistes que la fusion ne supposerait aucun emploi, et a qualifié de « criminels » les travailleurs qui ont provoqué la perturbation.

« Nous avons identifié les personnes impliquées et une action suivra sous peu », a déclaré M. Macharia.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook