• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • KENYA : 8 FEMMES CONDUCTRICES POUR LA NOUVELLE LIGNE DE CHEMIN DE FER

KENYA : 8 FEMMES CONDUCTRICES POUR LA NOUVELLE LIGNE DE CHEMIN DE FER

Le Kenya a mis en service ce mercredi une voie ferrée de plus de 400 km reliant Mombasa, la plus grande ville portuaire du pays, à la capitale, Nairobi pour le transport de passagers et de fret. C’est le plus grand projet d’infrastructure au Kenya. Financée et construite par la Chine, la ligne Standard Gauge Railway a nécessité un investissement de plus de 2 milliards d’euros. Un projet salutaire pour le pays, mais aussi pour la cause féminine, car les chemins de fer s’ouvrent à la mixité. Les Kényans, devront aussi s’accommoder des nouvelles conductrices qui les conduiront probablement durant leurs futurs trajets.

Huit femmes font en effet partie des chauffeurs de train sélectionnés pour le nouveau projet. Une grande première en plus de 90 ans de transport ferroviaire dans le pays. Ces femmes, toutes âgées de moins de 27 ans, ont reçu une formation appuyée en Chine pendant plusieurs mois. De fait, elles disposent de connaissance en communication, en ingénierie et ont également des notions en chinois.

« C’est le genre de boulot généralement confié aux hommes. Mais cela ne veut pas dire qu’il est impossible pour des femmes d’en connaître les rouages et le mode de fonctionnement », affirmait début mai Shalom Njeri, une des conductrices, au site kényan tuko.co.ke. Pendant des mois, elles ont réalisé des tests avec notamment des trajets aller et retour afin de mieux s’habiter à leur nouvel outil de travail.

Financée par la banque chinoise EximBank à hauteur de 90 % et construite par l’entreprise China Road and Bridge Corporation, la ligne Standard Gauge Railway est destinée à atténuer la congestion dans la zone portuaire de Mombasa et relier sur le long terme, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Soudan du Sud et l’Ethiopie.
Ce projet, a été inauguré ce mercredi par le Président kenyan, Uhuru Kenyatta, ce chemin de fer est le plus grand projet d’infrastructure jamais réalisé dans le pays depuis son indépendance. Pour sortir de terre, le Madarak Express, liberté en Swahili, et remplacer le mythique Lunatic Express, ancienne ligne ferroviaire construite par les Britanniques du temps de la colonisation dont la désuétude attirait jusque-là beaucoup de touristes étrangers, il a fallu au gouvernement kényan un investissement de 2,8 milliards d’euros.
Sources : NegroNews, AfricaNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook