• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • #Justice pour Don Davis: le Nigéria scandalisé par l’histoire d’un adolescent violé dans l’enceinte d’un internat chrétien

#Justice pour Don Davis: le Nigéria scandalisé par l’histoire d’un adolescent violé dans l’enceinte d’un internat chrétien

Le 20 décembre dernier, Deborah Okezie, la maman de Don Davis, un garçon de 11 ans scolarisé à la Deeper Life High School à Uyo dans l’État d’Akwa Ibom au Nigeria, a publié une vidéo dans laquelle elle dénonce les sévices subis par son fils à l’internat chrétien. Les accusations sont graves, l’adolescent aurait été agressé sexuellement, molesté et affamé par certains de ses camarades de dortoir. 

“[les pensionnaires seniors] retirent son boxer et enfoncent leurs jambes et leurs mains dans son anus”, dit-elle dans la vidéo. “Regardez l’enfant que j’ai envoyé à l’école”, ajoute-t-elle “il est revenu avec un anus endommagé. » La vidéo postée sur YouTube qui dure un peu plus de deux heures a attiré l’attention de la Toile et a suscité de vives réactions. BBC News Pidgin a par ailleurs relaté les faits. La mère explique que Don Davis a été déplacé de son dortoir initial pour rejoindre celui des seniors car il souffrait d’énurésie nocturne (faire “pipi au lit”). Là-bas, il a été harcelé, violé et privé de nourriture par ses camarades. Ces derniers lui ont dit qu’il serait “un homme mort” s’il venait à révéler à quiconque le calvaire qu’ils lui faisaient subir. 

 

La mère de la victime accusée de faux témoignage

La Deeper Life Bible Church, la dénomination chrétienne évangélique pentecôtiste dont dépend l’établissement scolaire, a déclaré dans un tweet du 21 décembre qu’une enquête a été ouverte et que “des sanctions disciplinaires appropriées seront infligées à tous les responsables” impliqués dans l’affaire. 

Le 20 décembre, la jeune victime a été hospitalisée et des fidèles de la Deeper Life Bible Church sont venus à son chevet. Cependant, des représentants de la dénomination religieuse ont, eux, accusé Deborah Okezie de mentir. Pour eux, elle ne serait pas la mère de l’adolescent et Don Davis aurait été blessé à l’anus avant son arrivée à l’école. Ce à quoi Deborah Okezie a répondu en postant sur les réseaux sociaux des photos d’avant l’arrivée de Don Davis à l’école, et d’après ce triste épisode traumatisant : le jeune garçon y apparaît considérablement amaigri, les os saillants. Sa mère se dit prête à réaliser un test ADN pour prouver son lien de parenté avec l’enfant.

 

La réponse inefficace du Ministère de l’Éducation 

La secrétaire permanente du Ministère de l’Éducation de l’État d’Akwa Ibom, Helen Anthony Ante, a organisé un entretien entre les parents de la victime et ceux de ses agresseurs. Deborah Okezie a déclaré qu’elle avait été intimidée lors de la réunion qui s’est tenue au bureau du commissaire de l’Education. La mère rapporte que le commissaire aurait condamné le fait qu’elle ait fait part de l’affaire sur les réseaux sociaux et aurait saisi son téléphone portable. Le parent d’un des agresseurs aurait également menacé de la frapper dans le bureau du commissaire. 

Sur les réseaux sociaux, la triste histoire de Don Davis a été relayée par des milliers de personnes et a même eu un retentissement international. Des internautes francophones ont également partagé la vidéo de Deborah Okezie. Le mot-dièse #JusticeForDonDavis (Justice pour Don Davis, en français) a été utilisé sur Twitter pour dénoncer le sort de l’adolescent.

Naomi Mackako

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video