JONATHAN : HÉROS ET VICTIME DE LA FUSILLADE DE LAS VEGAS

Avec 59 morts et plus de 500 blessés, la fusillade de Las Vegas perpétrée le dimanche 03 octobre par Stephen paddock ne restera pas dans les archives uniquement par le seul fait de son bilan qui en fait la plus meurtrière dans l’histoire des Etats-unis, mais elle est celle qui a fait découvrir le courage et la lucidité d’un jeune homme de 30 ans, Jonathan Smith, Réparateur de photocopieuses en Californie. Une photo de lui en salle d’attente de l’hôpital fera le tour du monde car le héros du soir réussira à sauver trente vies avant d’être touché au cou dans un ultime secours porté à deux fillettes.

Il assistait au concert près du Mandalay Bay quand les coups de feu ont éclaté ce dimanche en fin de soirée. « J’aimerais que quelqu’un fasse la même chose pour moi. Personne ne mérite de perdre la vie en venant à un festival country », raconte-t-il. Comme beaucoup, il a d’abord pensé à des feux d’artifice, avant de se rendre rapidement compte de la gravité de la situation. Jonathan Smith faisait partie de la foule venue en masse pour assister au festival de musique country organisé à deux pas du Mandalay Bay, sur le Strip de Las Vegas.

Quand les coups de feu ont commencé, Jonathan Smith a demandé à ses proches de se tenir la main et de courir. Mais dans la confusion du mouvement de foule, il les perd de vue. C’est en retournant près de la scène pour les retrouver qu’il aperçoit alors des gens pétrifiés, incapables de bouger. « Tireur en action, tireur en action, allons-y ! Nous devons fuir », leur lance-t-il, les attrapant et les entraînant vers la zone handicapée d’un parking situé à l’opposé du Las Vegas Boulevard. « J’ai sorti quelques personnes de là », dit-il. Une trentaine de vies qu’il a sauvées en se cachant entre des rangées de voitures. Un courage qui lui a valu le surnom de « héros de Las Vegas » sur les réseaux sociaux.

Mais le statut de héros, Jonathan n’en veut pas « Je ne me vois pas comme ça. J’aimerais que quelqu’un fasse la même chose pour moi. Personne ne mérite de perdre la vie en allant à un festival de country ». Tentant de sauver deux fillettes qui n’étaient pas suffisamment à couvert, le jeune homme a lui aussi été touché, notamment au cou. « Je ne sentais plus rien dans cette zone. J’avais une sensation de chaud dans le bras », détaille-t-il, ajoutant qu’il aurait « sans doute à vivre avec cette balle pour le reste de sa vie ». Selon les docteurs, tenter de l’extraire pourrait causer plus de dégâts encore. Heureusement pour lui, une personne lui est en tout cas venue spontanément en aide sur place pour limiter ses saignements. Jonathan est rentré chez lui avec une clavicule cassée, une côte fracturée et un poumon contusionné. Il a également eu des nouvelles de ses proches, tous sains et saufs.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook