• Accueil
  • >
  • SANTÉ
  • >
  • LES JEUNES AU CŒUR DU 1ER FORUM AFRICAIN DE LA SANTÉ.

LES JEUNES AU CŒUR DU 1ER FORUM AFRICAIN DE LA SANTÉ.

« L’Afrique a un avantage – à mesure que le monde vieillit, notre population devient plus jeune. Il existe tellement de potentiels pour exploiter cette vitalité et cette énergie en vue de créer des systèmes de santé répondant aux besoins de tous. Mais, nous devons agir maintenant pour protéger leur santé en créant des services de santé adaptés aux jeunes et en encourageant des modes de vie sains. (…) Nous voulons que nos jeunes ne soient pas seulement des bénéficiaires des services, mais qu’ils soient également à nos côtés à la table de prise de décision au moment où nous nouons des partenariats entre tous les secteurs pour assurer un avenir plus prospère et durable pour tous en Afrique ». Tels sont les propos du Dr Moéti Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique dans son discours d’ouverture.

Ces mots résument l’essence même du premier Forum africain de la santé, lancé le 28 juin dernier, à l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé et le gouvernement rwandais à Kigali. Il est l’écho de cet appel lancé par les gouvernements africains aux investisseurs, à dynamiser le secteur de la santé, afin que les Africains puissent désormais bénéficier de meilleures conditions sanitaires. Il est l’écho de cet appel lancé par les gouvernements africains aux investisseurs, à dynamiser le secteur de la santé, afin que les Africains puissent désormais bénéficier de meilleures conditions sanitaires.

La raison est toute simple. En Afrique, les jeunes de moins de 18 ans représentent près de 50 % de la population dans une quinzaine de pays de la zone subsaharienne. Une jeunesse, menacée par le VIH, et qui en est affectée de façon disproportionnée. D’ailleurs, si environ 17 millions d’enfants ont perdu un ou leurs deux parents du fait du sida, 90 % d’entre eux vivent en Afrique Subsaharienne. Les maladies sites non-transmissibles, contribuent, elles entraînent une augmentation de 27 % de décès, notamment chez les jeunes.

Si ce forum semble être la place par excellence pour décider de meilleurs condition sanitaires pour les Africains, Anastase Murekezi, le Premier ministre du Rwanda, en a profité pour exhorter ses pairs à soutenir cet aspect essentiel à la vie. « Être en bonne santé est la base de tout développement socio-économique, et sans cela, rien n’est possible. Pour cette raison, les pays africains doivent travailler ensemble, en partageant des expériences qui traduiront en réalité la vision 2063 en ses aspects santé et bien-être. Je demande à nos pays africains de mettre en place des stratégies pour les aider à mettre en œuvre les résolutions de ce Forum ».

La santé est la voie par laquelle passe le développement. Une population malfamée et malade ne peut prétendre au développement. Des améliorations ont toutefois été constatées en matière de santé publique. Les actions mises en place dans la lutte contre le paludisme ont permis d’enregistrer entre 2000 et 2015 une baisse d mortalité comprise entre 42 % et 66 %. Une progression que l’on doit également à l’arrivée du vaccin qui permet une meilleure prévention pour les enfants plus vulnérables. Par ailleurs, l’Afrique est voie d’éradiquer la poliomyélite du milieu de ses populations. Et pour ce qui concerne le VIH, une baisse de 19 % du nombre d’enfants et adultes contaminés a également été enregistrée, passant ainsi de 1,63 million à 1,37 million.

« Les populations d’abord : la route vers la couverture sanitaire universelle en Afrique » est le thème général du Forum, mais également l’urgence du continent. Certes, l’Afrique a encore des problèmes essentiels de santé, mais des améliorations importantes ont été enregistrées au cours de la décennie écoulée et l’impact de celles-ci sera également débattu lors de l’événement, peut-on lire sur le site d’information financialafrik.com.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook