• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • UNE JEUNE CONGOLAISE DE 24 ANS DEVIENT PROFESSEUR DANS UNE UNIVERSITÉ AUX USA

UNE JEUNE CONGOLAISE DE 24 ANS DEVIENT PROFESSEUR DANS UNE UNIVERSITÉ AUX USA

À seulement 24 ans, Gaëlle Bulabula est devenue professeur dans une université de l’État d’Indiana dans la côte EST des États-Unis. Elle est également candidate au sein d’un cycle de doctorat, qui finira en 2021. Un parcours honorable, qui n’a pourtant pas toujours été facile.

 
C’est dans son pays natal, au RD Congo que la jeune diplômée a passé toute son enfance jusqu’à la fin de son baccalauréat et d’une maîtrise en sciences infirmières qu’elle a obtenues respectivement en 2017 et 2018. Par la suite, elle a décidé de poursuivre ses études universitaires aux États-Unis. La jeune congolaise a eu des débuts plutôt compliqués, la barrière de la langue a été un frein pour elle, mais elle a fait une année entière d’apprentissage pour remédier à cela. De plus, ses professeurs d’université ne croyaient pas du tout en elle. Ils avaient même présagé qu’elle ne réussirait pas et l’avaient conseillée de changer d’option. C’était sans compter sur la détermination et la persistance de la jeune fille qui s’est accrochée et a toujours cru en ses capacités.

Gaëlle a réussi à maintenir une bonne moyenne cumulative au cours de ses différents programmes, elle était parmi les meilleurs de sa promotion à chaque semestre de son cursus jusqu’à obtenir son diplôme de maîtrise avec distinction. Elle a réussi à obtenir un poste de professeur auxiliaire, et enseigne exactement le même programme principal auquel elle avait été refusée il y a 3 ans en tant qu’étudiante. La jeune Congolaise est un exemple de persévérance, qui malgré tout ce qu’elle a accompli, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Gaëlle Bulabula compte acquérir suffisamment de connaissances aux États-Unis afin de changer le système de santé congolais. Son souhait le plus cher est de conforter l’accès aux soins et promouvoir la santé dans son pays d’origine. Après toutes ses réussites, elle garde quand même la tête sur les épaules et n’oublie pas la situation délicate de son pays natal.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook