LE JACK DANIEL’S CRÉÉ PAR UN ESCLAVE

L’un des whisky américain les plus consommés à ce jour dans le monde est le « Jack Daniel’s », du nom de son inventeur, enfin pas tout à fait. En effet l’entreprise américaine a clairement fait savoir il y a peu qu’en réalité, c’est un esclave, nommé Nearis Green qui serait à l’origine de ce Whisky.

Nearis Green est tout simplement celui qui a appris à Jack Daniel à faire du whisky. Une annonce qui tranche avec le discours qui était jusque là mis en avant. Ce discours relatait que Jack Daniel tenait son savoir-faire en distillerie de Dan Call, un pasteur, distillateur.

Si l’annonce de l’entreprise s’est faite à l’occasion de la célébration de ses 150 ans, elle a tout de même été grandement poussé par le fait que la version officielle était déjà grandement contestée. Plusieurs historiens faisait déjà savoir qu’en réalité, Dan Call n’y était pour rien, ou pas grand-chose dans le savoir faire en distillerie de Jack Daniel, mais ce mérite revenait plutôt à un esclave (Nearis Green). Dan Call lui même disait d’ailleurs de Nearis, «Il est le meilleur producteur de whisky que je connais», peut-on lire dans la biographie de 1967 de Jack Daniel.

Il faut dire que durant la période d’esclavage, nombreux sont les esclaves qui faisait montre d’un savoir-faire remarquable en distillerie. On en veut pour preuve les nombreuses annonces de vente d’esclaves au XVIIIe siècle qui faisaient clairement référence aux qualifications d’esclaves en matière de distillation d’alcool.

Grâce à cette reconnaissance par l’entreprise américaine, Nearis Green va pouvoir être pleinement restauré dans l’histoire. Ce dernier aura d’ailleurs une place au sein de la distillerie et son histoire sera présentée lors des visites guidées. L’entreprise Jack Daniel’s à d’ailleurs fait savoir que Nearis Green, l’esclave distilleur sera mentionnée dans une campagne de marketing sur les réseaux sociaux cet été

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook