ISRAËL LIBÈRE PLUS DE 200 MIGRANTS

Sur injonction de la cour suprême, plus de 200 migrants africains détenus en prison au sud d’Israël ont été libérés ce dimanche 15 avril.

Ils sont en tout 207 migrants africains, soit la quasi-totalité des demandeurs d’asile retenus dans la prison de Saharonim au sud d’Israël. Les autorités israéliennes les avaient transféré en février dans cette prison. Ces migrants Érythréens en majorité étaient rétenus dans le centre de rétention d’Holot situé non loin de la prison, et auraient refusé de quitter Israël.

Comme l’a ordonné dans une décision de la Cour suprême israélienne, les services de l’immigration ont annoncé ce dimanche dans un communiqué:
« Vu que les négociations entre l’Etat d’Israël et un pays tiers (pour accueillir des migrants) sont encore en cours et en vertu d’un (récent) jugement de la Cour suprême, les migrants détenus dans la prison de Saharonim seront libérés dans la journée ». Les juges ont expliqué que les négociations entre l’Etat d’Israël et un pays tiers pour accueillir les migrants sont encore en cours et n’ont pas à ce stade abouti sur un accord. Et que par conséquent les migrants ne pouvaient plus rester derrière les barreaux.

Leur avenir reste indéterminé,car à ce stade aucune solution n’a été trouvée par le gouvernement israélien.

L’Ouganda avait fait savoir vendredi 13 avril qu’il « envisageait » d’accueillir sur son sol quelque 500 migrants érythréens et soudanais en situation irrégulière en Israël. Les migrants libérés ont été accueillis par des militants d’organisations de droits de l’homme, qui militent contre le plan d’expulsion du gouvernement israélien et réclament dans un communiqué de véritables solutions.

C’est une décision qui émane d’une cour suprême indépendante du pouvoir exécutif afin de protéger les migrants qui sont actuellement sur le sol israélien . Un groupe d’habitants des quartiers sud de Tel Aviv, où résident la majorité des migrants africains, ont manifesté contre leur libération.
Le gouvernement israélien tente pour sa part de faire adopter par le Parlement une loi pour contourner l’opposition de la Cour suprême israélienne.

DUNAMIS ADJIGO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook