• Accueil
  • >
  • ISAIAH LOPAZ IMPRIME LE RACISME ORDINAIRE SUR DES T-SHIRTS

ISAIAH LOPAZ IMPRIME LE RACISME ORDINAIRE SUR DES T-SHIRTS

« D’où viens-tu vraiment ? », « Tu n’as aucune culture, car tu es issu de l’esclavage », « même si tu es Noire, tu es vraiment belle » ou encore « un nègre c’est la même chose qu’un nazi » c’est là le type de remarques racistes, pour ne citer que celles-ci, qui jonchent le quotidien des migrants noirs en terres occidentales. Isaiah Lopaz a voulu exposer ces propos racistes dans les rues de Berlin où il a immigré depuis 2007.

Lors d’un entretien avec Marshable FR, l’artiste et écrivain afro-américain explique : « À la base, je voulais créer une sorte de journal de mes expériences quotidiennes en tant que migrant noir venu des États-Unis, qui plus est gay pour aborder la question de la négrophobie » commence-t-il. Mais il a choisi d’imprimer chacune des remarques qui lui avaient été lancées en noir sur des T-shirts blancs, avant de les porter et d’en faire les clichés qu’il postera ensuite sur Tumblr.

Isaiah, explique à New York Times qu’il est régulièrement confronté à la question sur ses origines. Lorsqu’on lui demande d’où il vient « vraiment », le jeune homme comprend bien vite qu' »Ils veulent que je réponde ‘d’Afrique’  » dit-il. Mais ces personnes parfois ignorante de l’histoire des noirs notamment des afro-américains. En effet, pour Isaiah, « c’est une question douloureuse car nous ne saurons jamais d’où nous venons », explique l’artiste. « J’ai bien sûr des ancêtres d’Afrique, mais cette question nie l’impact et la culture que nous, en tant que Noirs Américains, avons créés ».

C’est par le silence que l’artiste a choisi de répondre à ce qu’il appelle « le racisme ordinaire ». « Il y a plein de situations au cours desquelles j’ai choisi de rester silencieux, le silence c’est parfois la seule option dont on dispose pour pouvoir continuer à payer son loyer ou nourrir sa famille », raconte-t-il à Mashable FR. Mais Isaiah Lopaz ne souhaite pas s’arrêter là et compte bien élargir le débat au reste de l’Europe, à commencer par la France. « Je me rendrai bientôt à Paris pour rencontrer et discuter avec des citoyens français noirs et des immigrés sur leurs expériences de racisme anti-noir », promet l’artiste.

NegroNews

Suivez-nous sur Facebook