ISABEL DOS SANTOS : EN GUERRE CONTRE SONANGOL

Isabel Dos Santos, fille de l’ex-président angolais José Eduardo Dos Santos et ancienne présidente du conseil d’administration de la compagnie pétrolière nationale Sonangol est depuis quelques temps au cœur d’une fâcheuse affaire de détournement de fonds.

Courant novembre 2017 la nouvelle du limogeage d’Isabel Dos Santos de son poste au sein de Sonangol fait la une de tous les medias, cette dernière a donc quitté ses fonctions en gardant la tête haute et surtout sans aucune rancœur. L’histoire étant consommée, Isabel avait même publié un communiqué pour remercier la compagnie, mais c’était sans attendre le coup de théâtre qui va lui tomber dessus peu de temps après.

Carlos Saturnino, le nouveau PDG de l’entreprise Sonangol ayant à peine pris ses fonctions ne tarde pas à lancer de graves accusation à l’égard d’Isable Dos Santos. En effet, le 28 février 2018 Carlos dénonce publiquement la mauvaise gestion de l’ancienne présidente, mais il ajoute aussi à ses déclarations que de nombreuses opérations financières douteuses sont à mettre en lumière.

« Nous avons pris nos fonctions le 16 novembre 2017 et, ce soir-là, nous avons noté que le directeur financier de Sonangol, bien qu’il n’était plus en fonction, a ordonné un transfert d’une valeur de 38 millions de dollars à une entreprise basée à Dubaï » déclare Saturnino.

« Il est faux d’affirmer que les virements bancaires de 38 180 000 dollars avaient été effectués après la cessation des fonctions de l’administration précédente , M. Carlos Saturnino tente délibérément d’induire en erreur l’opinion publique en lui faisant croire qu’il y a eu irrégularité » », rétorque en retour ce lundi même Isabel dos Santos.

Avec de telles accusations, la justice a donc ouvert une enquête pour éclaircir les zones d’ombres qui recouvrent la désormais Affaire Dos Santos-Sonangol. La concernée se dit choquée par de tels propos et avance comme défense une théorie du complot orchestrée par l’opposition dans le but de salir l’ancien gouvernement et tout ce qui s’en rapproche. Ces prétendues tentatives d’intimidation ne font visiblement pas trembler la puissante femme d’affaire, désignée femme la plus riche du continent africain par le magazine Forbes, celle-ci déclare se voir ravie qu’une enquête soit ouverte, et a bien l’ intention de poursuivre en justice Carlos Saturnino pour ses propos calomnieux et diffamatoires à son encontre.

Il semblerait que la guerre soit bel et bien déclarée, que nous reservera donc le prochain épisode de cette affaire digne d’une télénovelas angolaise?

 

Mrs prue

 

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook