[INSPIRATION] UNE TABLETTE NUMÉRIQUE MADE IN HAÏTI

Située dans la zone industrielle de Port-au-Prince non loin d’un bidonville, une entreprise locale a entamé la production de tablettes numériques à la faveur d’un financement d’un montant de 143,7 millions d’euros de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Sûrtab, c’est ainsi que se nomme le modèle fabriqué au sein de cette entreprise de 40 employés. Un nom qui fait référence à sa fiabilité afin de se démarquer des autres produits dans un environnement hautement concurrentiel. Un produit numérique fabriqué dans un pays encore au bord du précipice il y a à peine trois ans, personne n’y aurait cru.

Et pourtant, Sergine Brice est l’exemple concret que dans le pays, des personnes même peu qualifiées peuvent se reconvertir en participant à la fabrication de tablettes numériques destinées à l’exportation. «Je n’aurais jamais cru qu’un jour, je pourrais fabriquer une tablette toute seule», raconte cette jeune femme âgée de 22 ans. Après un an et demi d’inactivité, la voici à présent en train de participer à l’essor d’une entreprise et dans ce sillage, à l’émergence d’une véritable industrie du numérique en Haïti. «Les Haïtiens ont dans l’idée que rien ne peut être fait dans ce pays», ajoute-t-elle. «J’ai prouvé qu’au contraire, nous, Haïtiens, avons les capacités pour faire beaucoup de choses. Ce ne sont pas que les Américains et les Chinois. Nous avons ce qu’ils ont, nous pouvons le faire aussi». D’autant plus que le modèle fabriqué est promis à un bel avenir. Le modèle d’entrée de gamme, une tablette wifi avec 512 méga-octets de mémoire vive, coûte environ 72 euros. Plus sophistiquée, la tablette 3G avec deux giga-octets de RAM, est commercialisée autour de 205 euros. Des prix bien en déca de nombreux produits similaires fabriqués à une plus grande échelle. Pour l’heure, l’usine produit de 4.000 à 5.000 tablettes par mois, un chiffre qu’elle compte bien doubler dès le mois d’avril afin de s’imposer durablement sur le marché.

Pour John Groake, directeur de l’USAID pour Haïti, l’avènement de ce type d’entreprise spécialisée dans la conception de produits numériques, constitue une solution à long terme pour permettre au pays de sortir de la pauvreté. Proche géographiquement de puissances économiques comme le Brésil ou encore les Etats-Unis, le pays peut espérer conquérir des marchés à fort potentiel et ainsi faire de l’industrie numérique, la locomotive de son développement économique.

Malik Acher

Sources : http://creolemagazine.com/

http://afriqueinside.com/nouvelle-tablette-numerique-made-in-haiti/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook