• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • [INSPIRATION] UN AFRO-AMÉRICAIN DE 16 ANS SOUHAITE DEVENIR LE PLUS JEUNE GRAND MAÎTRE DU JEU D’ÉCHECS

[INSPIRATION] UN AFRO-AMÉRICAIN DE 16 ANS SOUHAITE DEVENIR LE PLUS JEUNE GRAND MAÎTRE DU JEU D’ÉCHECS

 

Beaucoup de signes laissaient entrevoir que  le jeune Joshua Colas, 16 ans était un champion des échecs dans l’âme.

« Papa, je peux jouer contre toi avec un bandeau sur les yeux », c’est ce qu’a rapporté Guy Colas le père de Joshua au Huffington Post.

« En es-tu certain? Je ne t’ai jamais vu le faire »

Joshua avait raison ; il pouvait non seulement jouer avec lui mais aussi le battre, avec ses yeux fermés.

À l’âge de 12 ans, Joshua est devenu le plus jeune Afro-Américain champion d’échec de l’histoire. Le weekend dernier, il a gagné le championnat national pour la seconde année consécutive.

Maintenant qu’il est au collège , l’objectif de Joshua est d’atteindre le plus haut niveau en tant que joueur d’échecs  c’est-à-dire passer Grand Maître.

Sa famille a lancé une campagne de Crownd funding via Indiegogo pour couvrir ses frais de tournoi et ses frais de transport. Jusqu’à présent ils ont levé $ 4,000, mais ils ont jusqu’à la semaine prochaine pour récolter davantage.

« Il faut être un modèle pour les autres enfants des quartiers défavorisés, pour qu’ils comprennent que les échecs ce n’est pas seulement pour les enfants de riches ou pour les plus intelligents des enfants » explique Guy, « Il faut montrer, que si l’on travaille suffisamment dur, l’on peut atteindre le haut niveau. »

La famille de Colas vit au nord de New York City, mais les deux parents de Joshua sont nés en Haiti. Joshua a grandi en regardant son père jouer aux échecs et à l’âge de 7 ans il a demandé à apprendre les règles.

«  Je lui donnais des puzzles que des gens jouant aux échecs depuis des années ne pouvaient pas résoudre et il était capable de les résoudre instantanément » raconte Guy Colas.

Les frais de scolarité de Joshua ne seront pas un problème. Il a déjà reçu des  offres  de deux universités, bien que son choix de prédilection se porte sur le ‘Massachusetts Institute of Technology’.

Mais pour devenir un Grand Maître, il va devoir poursuivre la compétition dans une séries de tournois professionnels , incluant des séjours en Europe.

« Je vais devoir payer des mois de frais d’hôtel c’est pour cela que je demande de l’aide »

« il est si talentueux que je ne veux pas gaspiller cela. Il le veut vraiment  et il en a la capacité donc j’espère qu’avec un peu de chance quelqu’un le remarque et lui propose son aide » précise le père.

Un seul autre afro-américain,  Maurice Ashley, a atteint le niveau de Grand Maître, il avait 34 ans en son temps.

Mais Joshua est l’un des trois enfants noirs de New York à avoir atteint le niveau de maître ces dernières années quand ils avaient 12 ans.

« Avoir trois jeunes joueurs qui font ce qu’ils ont fait est vraiment «  a confié Ashley pour le New York Times « Normalement cela n’arrive pas dans aucun ville. »

L’enchainement des compétitions peut être épuisant. Les matchs durent jusqu’à six heures et Joshua a joué plus de 100 d’entre eux à travers le pays cette année. Parmi les 57 000 joueurs de tout âge inscrits à la Fédération américaine des échecs, il se classe actuellement dans les 239.

Mais Joshua prend son succès comme il vient. « Chaque fois que vous trouvez qu’il est capable de faire quelque chose d’inhabituel, pour lui, ce n’est rien » précise Guy Colas. « Je suis tellement heureux, ma femme est si heureuse. Mais pour lui ce n’est pas une grosse affaire. C’est une des choses qui font de lui un bon joueur d’échecs. Il ne se surestime pas ni ne se sous-estime, il est toujours concentré. »

Guy sent que sa responsabilité la plus importante est d’être là quand Joshua vacille.

 « Je suis tout aussi heureux quand il perd un jeu que quand il gagne un jeu » précise-t-il. « Je comprends le jeu. Je sais combien il est difficile. Alors, quand il perd, j’essaie de lui faire comprendre que cela en fait aussi partie. C’est le cheminement. Les échecs sont une leçon de vie. »

Et d’ajouter : « C’est l’approche que les parents devraient avoir s’ils veulent que leurs enfants réussissent bien dans à peu près tout. Quand ils réussissent bien, vous êtes heureux. Quand ils ne font pas bien, vous devez les réconforter afin de reconstruire leur confiance et leur faire savoir que c’est ainsi que  la vie fonctionne. Vous devez travailler tout le temps pour devenir meilleur ».

 

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook