• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • [INSPIRATION] 6 CLICHÉS SUR LES ENTREPRENEURS AFRICAINS QU’IL FAUT DÉTRUIRE

[INSPIRATION] 6 CLICHÉS SUR LES ENTREPRENEURS AFRICAINS QU’IL FAUT DÉTRUIRE

L’intérêt grandissant des médias internationaux pour les entrepreneurs africains a des effets positifs évidents pour ces derniers, mais également des inconvénients plus subtils.
Des articles dans les plus grands médias du monde, (CNN, BBC, Le Monde, etc) sont tous prompts à mettre en avant ces futurs Steve Jobs du continent africain, même quand ces derniersne souhaitent pas être présentés de cette manière.
Comme nous le disons souvent, l’entrepreneur africain est une espèce à part, et il est temps qu’il se libère des clichés qui risquent de le cataloguer de la même manière que les sportifs ou les politiciens l’ont été avant lui par la presse internationale.

 

Ils ne sont pas forcement issus de familles défavorisées

Même s’il est vrai qu’il est plus captivant de raconter l’histoire d’un entrepreneur qui est parti de Zéro pour devenir un Héro, cela n’est pas toujours le cas en Afrique. Souvent d’ailleurs, les entrepreneurs africains sont issus de familles de la classe moyenne qui ne dépendent pas du salaire de leur seul enfant à avoir fini ses études supérieures. Le cliché qu’il faut détruire le plus rapidement à mon avis.

 

Ils ne sont pas tous dans des Hubs

Les Hubs sont au centre de la réussite de plusieurs StartUps basées en Afrique, cela est clair. Cependant, plusieurs projets sont devenus des succès sans que les entrepreneurs qui les développent n’appartiennent à ces écosystèmes souvent accompagnés par des géants de la technologie.

 

Ils ne sont pas tous basés au Kenya

Ce ne serait pas AfriqueITNews si nous ne répétions pas que le monde de l’entrepreneuriat ne s’arrête pas dans la zone anglophone du continent. Certains soutiennent même que le Cameroun et sa bien documentée région deBuea, regorge d’un plus grand nombre de projets au potentiel immense que le pays des Masai.

 

Ils ne sont pas toujours jeunes

Lorsque l’on recherche « Entrepreneurs Africains » sur Google, le moteur de recherche propose tout de suite « Jeunes Entrepreneurs Africains« . Dans la même logique que celle de notre premier point, il est certainement plus passionnant pour un lecteur d’apprendre l’histoire d’un gamin de 15 ans qui a réussi à prouver que E=MC3, mais les entrepreneurs en Afrique ne sont pas tous des gamins avec de grands rêves; ils sont souvent des adultes aguerris dont le parcours est moins passionnant mais dont l’histoire mérite  tout autant d’être racontée.

 

Ils lisent TechCrunch, GigaOm et sont au courant de ce qui se passe dans le reste du monde.

Grace à l’Internet, les entrepreneurs africains ont accès aux mêmes sites web que ceux du reste du monde. Ils connaissent donc Mike Arrington et sont au courant que Bill Gates et Jerry Seinfeld ont réalisé la pire publicité de l’histoire de la publicité. Le cliché de l’entrepreneur qui n’attend que la lumière d’un mentor basé en occident pour réussir doit mourir.

 

Ils ne cherchent pas tous à changer le monde

Et enfin, les entrepreneurs africains n’ont pas tous envie de changer le monde. Parfois, ces derniers veulent juste gagner leur vie. Ainsi, à coté d’une noble application mobile qui permettra de détecter un diabète dés ses débuts, une autre proposera de lire les news et les potins du continent. Les deux ont le droit de vivre et de réussir. Non?

Que pensez-vous des clichés qui entourent l’écosystème des Tech en Afrique?

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook