[INSOLITE] KENYA : UN AVOCAT VEUT RENDRE JUSTICE À JÉSUS-CHRIST

Un avocat kényan veut rendre justice à Jésus, victime, selon lui, d’un procès et d’une crucifixion injustes. Il a décidé de poursuivre l’Italie, Israël, mais aussi Ponce Pilate et l’empereur Tibère devant la Cour pénale internationale de La Haye.

Le CPI devra-t-il se prononcer sur une affaire unique? Dola Indidis, un avocat kényan, a l’intention de saisir l’instance internationale pour rendre justice à Jésus. « C’est mon devoir de faire respecter la dignité de Jésus. Je suis donc allé à la Cour internationale de justice (CIJ) afin de rétablir l’intégrité de l’Homme de Nazareth », a-t-il affirmé à Citizen News, un site d’information kényan et repris par Le Monde.

Il qualifie le procès de Jésus de « discriminant et malveillant » et a bafoué ses droits humains. D’après lui, les preuves d’un verdict injuste sont irréfutables et à la portée de tous. « La preuve est officiellement dans la Bible. Et on ne peut discréditer la Bible ». Les coupables, à ses yeux, sont l’Italie, Israël, Ponce Pilate et l’empereur Tibère. Si ces derniers sont morts depuis environ 2.000 ans, il estime que l’Etat qu’ils représentaient, à savoir l’Italie, est responsable de leurs actes.

En dépit du refus de la Cour suprême du Kenya d’instruire l’affaire, l’ancien porte-parole de la magistrature de son pays se veut optimiste. « Il y a une forte probabilité de succès, et j’espère que ce sera jugé de mon vivant », ajoute celui qui se déclare être l’ami de Jésus. « Lorsqu’on mène une cause que l’on estime juste, on ne devrait pas être découragé sous prétexte que personne ne la comprend ». Pourtant, sa requête risque cependant d’être nulle. « La Cour n’a pas de juridiction pour instruire une telle affaire », a tempéré un porte-parole de la Cour internationale de justice. « Elle arbitre des litiges entre plusieurs Etats. Ce n’est même pas en théorie possible pour nous de prendre en considération ce cas ».

Source : 7sur7.be

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook