HOMOSEXUALITÉ : LE GHANA DIT NON À L’OCCIDENT

Au cours du Commonwealth Business Forum qui a eu lieu du 16 au 18 avril 2018, Theresa May a au cours de son discours, invité tous les pays membres du Commonwealth à dépénaliser l’homosexualité avec des expressions très poignantes : ‘’En tant que famille de nations, nous devons respecter les cultures et les traditions des autres, mais nous devons le faire de manière à protéger notre valeur commune d’égalité, une valeur qui est clairement inscrite dans la Charte du Commonwealth et le Royaume-Uni se tient prêt à aider tout pays membre du Commonwealth qui voudrait réformer une législation d’un ancien temps, qui rend possible ce type de discrimination, parce que le monde a changé.’’

Cet appel de Theresa May en faveur des homosexuels, n’a pas laissé insensible le Ghana. Ce pays africain, membre du Commonwealth n’a pas tardé à réagir. Le ministre ghanéen de l’Information, Mustapha Hamid est monté au créneau pour faire des mises au point et clarifier la position du Ghana.

‘’L’homosexualité et le lesbianisme ne sont pas propres aux ghanéens… il est inconcevable que l’occident veuille nous imposer des cultures étrangères. En ce qui me concerne … c’est un non-événement’’ a déclaré le ministre ghanéen de l’information. Pour Mustapha Hamid, demander à un pays d’autoriser l’homosexualité alors que ce pays n’a pas cela dans sa culture, est un manque de respect à la culture du pays. Il a fait comprendre sue le Ghana est une nation souveraine qui n’a pas d’ordre à recevoir de l’occident.

Cette réaction du ministre de l’information, rappelle les propos du président du parlement du Ghana qui avait fait comprendre que l’homosexualité est un comportement qui n’a pas sa place au Ghana.
Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook