• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • UN HOMME DE 27 ANS BRÛLÉ LORS DE SON INTERPELLATION PAR LA POLICE

UN HOMME DE 27 ANS BRÛLÉ LORS DE SON INTERPELLATION PAR LA POLICE

Le parquet de Versailles a annoncé ce mardi 9 ouvrir une information judiciaire « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à trois mois » contre cinq policiers et « non-assistance à personne en danger »concernant cinq policiers, accusés d’avoir violenté et lancé des injures racistes envers un homme qu’il venait d’interpeller, le 7 novembre dernier. Gravement brûlé, il a porté plainte.

Les faits se sont déroulés le 7 novembre 2017, un jeune homme âgé de 27 ans avait été interpellé pour outrage dans le quartier du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie Yvelines. L’individu avait été grièvement brûlé sur plusieurs parties du corps par un chauffage placé dans un fourgon de police alors que le véhicule le conduisait jusqu’au commissariat.

Hospitalisé, le jeune homme, qui assure en plus avoir été insulté et frappé, a depuis subi plusieurs greffes de peau et s’est vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) supérieure à trois mois.

Le parquet avait d’abord ouvert une enquête, confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, avant d’ouvrir une information judiciaire.

Nos confrères de LCI nous rapporte que Me Calvin Job, l’avocat de la victime, regrette que le parquet n’ait pas retenu comme infraction « les blessures volontaires et les insultes à caractère raciste ».

« Mon client a eu de graves séquelles physiques et psychologiques après cette interpellation, rappelle-t-il. Dans le fourgon, pendant toute cette durée, il a été frappé et insulté par 5 fonctionnaires, parmi lesquels une femme qui lui mettait des coups de pieds. Les policiers lui ont dit ‘Tais-toi sale négro, tais-toi !’, ‘La ferme!’ ou encore « Tu vas payer ». Malgré ses cris de détresse et ses appels au secours, les fonctionnaires ont continué… »

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook