• Accueil
  • >
  • HOMMAGE
  • >
  • [HOMMAGE] GASTON MONNERVILLE, CHEF D’ÉTAT FRANÇAIS PAR INTÉRIM, NOUS QUITTAIT IL Y A 23 ANS

[HOMMAGE] GASTON MONNERVILLE, CHEF D’ÉTAT FRANÇAIS PAR INTÉRIM, NOUS QUITTAIT IL Y A 23 ANS

En France, pays où l’oligarchie vante les bienfaits du métissage par le biais des médias tout en prenant le soin de ne jamais se mélanger elle-même. On a du mal à imaginer un Noir à la plus haute fonction de l’État, de nos jours. Et pourtant, le pays des droits de l’homme (blanc) a bien eu un président noir ! Durant quelques heures…

Le 19 mai 1968, à 11 heures, le général DE GAULLE monte à bord d’un hélicoptère et jusqu’à 18 heures, il est introuvable. L’Hexagone n’a donc plus de Chef d’État en théorie et le premier ministre d’alors, Georges POMPIDOU, aurait pu déclarer que le poste du chef du gouvernement était vacant. Ce ne fut pas le cas.

Or selon la Constitution française, en cas d’incapacité du Chef d’État à exercer, peu importe la raison, c’est le président du Sénat qui occupe son poste en attendant de nouvelles élections. C’est ainsi que Gaston MONNERVILLE s’est retrouvé à la tête du « pays des Lumières » pendant une demi-journée de manière officieuse. Officiellement, il n’apparaît pas sur la liste des Présidents de la République française car la vacance du pouvoir n’a pas été décrétée.

Gaston MONNERVILLE est né à Cayenne (Guyane), d’un père et d’une mère métisses originaires de Case-Pilote (Martinique) et tous deux descendants d’esclaves. Il a vu le jour, le 2 janvier 1897. Brillant élève, Gaston a obtenu au cours de ses études une licence en lettres et un doctorat en droit. Cet avocat de formation a connu une carrière politique remarquable.

MONNERVILLE est notamment devenu sous-secrétaire d’état aux Colonies en 1937 et 1938. La vue d’un Noir à un poste ministériel a suscité des critiques négrophobes dans les gouvernements d’Italie et d’Allemagne. On cite un commentaire parmi d’autres : « La France a adopté une politique indigène qui, outre qu’elle est une folie pour la nation française elle-même, est un danger pour les autres nations de l’Europe, car cette action qui dépasse le cadre purement politique pour rencontrer le cadre biologique, doit être dénoncée à l’opinion publique mondiale, là où existe une race incontestablement supérieure à celle de couleur que la France voudrait implanter au cœur de l’Europe ».

L’homme d’origine martiniquaise présida le Sénat de mars 1947 à octobre 1968, soit sur une période de 22 ans, car plusieurs fois réélu. En outre, il fut maire de Cayenne de 1935 à 1940 puis maire de Saint-Céré (Lot) de 1964 à 1971. Le petit-fils d’esclaves fut considéré comme l’un des meilleurs orateurs français sous la IIIe, IVe et Ve République.

Souffrant d’un cancer depuis plusieurs années, il meurt le 7 novembre 1991, à l’âge de 94 ans.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video