HENRY-CLAUDE OYIMA, PILIER DE L’ÉCONOMIE GABONAISE

Henry-Claude Oyima commence en 2007 son aventure de chef d’entreprise avec la création à Paris de BGFI International, l’aile européenne de cette banque à la fois commerciale, d’investissement, de services financiers divers et d’assurance.

Ayant le flair d’homme d’affaire, il sait saisir les opportunités. C’est donc au milieu des années 1990, voyant le potentiel d’un établissement bancaire la Banque de Paris et des Pays-Bas Gabon en difficulté au point où son principal actionnaire français décide de se retirer du marché local que le financier gabonais alors au poste d’ administrateur directeur général en 23 ans d’activités à la banque décide de mettre sur pied plusieurs acteurs autour d’un projet de reprise.

Pari réussi, pour ce jeune cadre de 29 ans.  Il rebaptise en 1996 sa nouvelle copropriété Banque gabonaise et française internationale (BGFIBank). L’homme voit grand. Sa stratégie de développement dissémine des BGFIBank dans une dizaine de pays d’Afrique centrale et de l’Ouest.

Un banquier  expérimenté

Henri-Claude OYIMA est né le 4 décembre 1956 à  Franceville (Gabon). Il fait l’essentiel de ses études aux Etats-Unis. A l’Université de Washington précisément où il obtient ses diplômes de Bachelor en sciences d’administration et un Master en banque. A la fin de ses études, il trouve son premier emploi à la Citibank de New York. Il ne reste à New York qu’une année et en 1982 rejoint la filiale gabonaise de la banque américaine. L’année suivante, il intègre la banque Paribas Gabon.
En décembre 1983, il est propulsé directeur général adjoint de  Paribas, qui deviendra BGFI Bank. Deux ans après, M. OYIMA est nommé directeur général en juin 1985 et en mai 1986, administrateur-directeur général.

En 2015, il franchit un nouveau pas. En tant que PDG du Groupe BGFIBank, il décroche l’extension de l’agrément de BGFI International -aujourd’hui désignée BGFIBank Europe, permettant à celle-ci d’étendre son activité sur toute l’Afrique en matière de correspondance bancaire et lui conférant une autonomie complète pour les opérations de collecte de dépôts auprès d’une clientèle d’entreprises. Ses domaines d’expertises s’affinent : trade et export finance, commodity trade finance, corporate finance au sens large et correspondent banking. Sur ces deux dernières années, il y a augmenté ses effectifs de 52%.

Une banque en réelle croissance

L’année 2018 s’est terminée de la plus belle des manières pour BGFIBank. Elle a obtenu  le prix de la meilleure banque régionale d’Afrique centrale décerné à BGFIBank Group aux African Banker Awards 2018. L’année 2018 à avant tout été́ marquée par une forte croissance des activités avec un Total de bilan de plus de FCA 3 milliards et un résultat nettement supérieur à celui de l’année 2017.

Selon le rapport annuel, Il porte également depuis plusieurs années le projet Excellence 2020 dans lequel il estime que les activités françaises et européennes en générale joueront un rôle déterminant.

Un nouveau challenge s’annonce pour 2019. Henri-Claude OYIMA, PDG pour le groupe BGFIBank a donné Lors d’une interview accordée à Agence Ecofin,  les objectifs majeur pour cette année. «  Accélérer encore notre dynamique de croissance impulsée depuis plusieurs années, consolider notre position de leader dans le financement de nos économies, asseoir notre statut d’institution bancaire de référence à l’échelle de l’Afrique et nous développer à l’international pour toujours mieux y accompagner nos clients, tout en garantissant à nos actionnaires un rendement toujours élevé».

 

Opri Avérroèse Kalet

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook