GUYANE : CAZENEUVE VEUT « POURSUIVRE LE DIALOGUE »


En Guyane, c’est le statu quo ! Magasins fermés au risque que les membres du collectif « les 500 frères » ne viennent tout casser, une « ville morte » pour signifier au gouvernement leur mécontentement. Les manifestants sont dans l’attente de l’acceptation du plan à 2 milliards d’euros qu’ils ont exigé à l’État, lors du passages des ministre Fekl et Bareigts à Cayenne.

Un plan que le Premier ministre, Bernard Cazeneuve boude, en disant « refuser la démagogie », de ceux qui, à Paris comme à Cayenne, «réclament des milliards», écrit Libération. Après la réunion qu’il a convoqué lundi après-midi, Bernard Cazeneuve a invité ses troupes à « poursuivre le dialogue avec la fermeté de ne pas céder aux promesses qualifiées d’ «irréalistes», alors même que le ton se durcit du coté des guyanais.

«Il serait (…) aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste puis d’en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n’est pas la conception que nous avons de la responsabilité dans la République» a déclaré le Premier ministre. Les Guyanais eux aussi ne cèdent pas à la facilité, celle d’ouvrir les magasins et les écoles et de continuer à vivre la misère. «Il faut fermer», exigent les hommes cagoulés du collectifs « Les 500 frères » à des commerçants qui osent lever le rideau. «Ils n’ont pas le choix, sinon les +500 frères+ vont venir tout casser», dira Ricardo, un travailleur clandestin péruvien qui assistait à la scène à l’AFP.

Le gouvernement trouve sans doute que «les méthodes des 500 frères sont inadmissibles », mais n’oublions pas qu’ils n’ont à cœur que de faire bénéficier à leur territoire de meilleures conditions de vie, comme c’est le cas en métropole.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook