• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • GUINÉE : CELLOU DALEIN DIALLO CONFIRME SA CANDIDATURE POUR 2020

GUINÉE : CELLOU DALEIN DIALLO CONFIRME SA CANDIDATURE POUR 2020

Lors de son passage à Paris, Cellou Dalein Diallo, la principale force d’opposition en Guinée, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a accordé une interview à Le Monde mardi 29 janvier dernier. Interview dans laquelle il s’est prononcé sur les élections législatives et la prochaine élection présidentielle de 2020.

A la question sur le mandat des députés qui devait s’achever le 13 janvier dernier et qui a été la proroger par le président Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo dit avoir passé un accord politique afin de pallier aux problèmes de ces élections qui devient de plus en plus hypothétiques.

« Nous avions passé un accord politique en 2012, prévoyant la mise en place d’une nouvelle CENI [Commission électorale nationale indépendante] et l’assainissement du fichier électoral, afin d’aller sereinement vers des élections locales en 2017 et des législatives l’année suivante. Le président n’a pas tenu ses engagements. Finalement, les élections locales n’ont eu lieu que l’année dernière et seulement après que nous ayons organisé des manifestations monstres ».

Il attend donc que les recommandations soient respectées.

« La nouvelle CENI vient finalement de prêter serment et le fichier électoral a été audité. Il faut maintenant mettre en œuvre les recommandations ».

Cellou Dalein Diallo a également montré son intérêt à propos des élections municipales de 2018. « Premièrement pour le respect de la loi. Les mandats des maires, élus en 2005, avaient échu en 2010. Le président les avait alors remplacés [en nommant à la tête des municipalités] des militants zélés de son parti, le RPG [Rassemblement du peuple de Guinée]. »

« « Le coup KO » de 2015 [slogan d’Alpha Condé pour qualifier sa réélection dès le premier tour] a réussi grâce à ce système et parce que la justice est inféodée au pouvoir. »

Sa victoire à Conakry et en Basse-Guinée, deux régions électorales très denses avait créé la surprise pour le pouvoir. Raison pour laquelle ils n’avaient pour seul recours la fraude. « Non seulement il perdait ses auxiliaires, mais sa théorie selon laquelle je ne suis que le chef d’une communauté, peule en l’occurrence, était battue en brèche. C’est pour ça qu’il a demandé à changer les résultats ».

Concernant l’élection présidentielle de 2020 et le risque de changement de constitution par le président Alpha Condé, le chef de file de l’opposition dit ne pas connaitre pour l’heure l’agenda du président de la République. « Je ne connais pas son agenda, mais il en a l’intention », a-t-il confié. Selon Cellou Dalein Diallo, depuis les élections locales, Alpha Condé se « radicalise. Il a déployé l’armée, importé des gaz lacrymogènes, interdit toute manifestation sur l’ensemble du territoire. Il prépare son affaire. Il a refermé le cadre du dialogue politique parce qu’il ne peut pas justifier ce qu’il fait ».

L’ancien Premier ministre, battu aux élections présidentielles de 2010 et 2015, croit dur comme fer que son challenger ne peut pas gagner un scrutin dans les urnes. « Il ne peut pas me battre dans une élection transparente », dit-il avec assurance.

Il accuse d’Alpha Condé d’avoir « fait beaucoup d’efforts pour faire croire que je suis quelqu’un de violent. Tout le monde me connait. On peut dire que Cellou est naïf, mais violent, non ».

 

Opri Avérroèse Kalet

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook